October 30, 2017 / 2:23 PM / 9 months ago

Zone euro-Les banques peuvent supporter des taux bas-Etude BCE

FRANCFORT, 30 octobre (Reuters) - Les profits des banques peuvent résister à des taux ultra-bas au sein de la zone euro pendant une décennie au besoin, montre une étude publiée lundi par la Banque centrale européenne (BCE).

Cette dernière a confirmé la semaine dernière qu’elle maintiendrait ses taux d’intérêt à leurs bas niveaux actuels bien après la fin de son programme d’assouplissement quantitatif.

Certaines banques ont dit qu’il leur était impossible de maintenir leur rentabilité dans un environnement de taux aussi bas, ce qui entrave, selon elles, les efforts de la BCE pour soutenir la reprise en les empêchant de transmettre à l’économie réelle la baisse des coûts de financement.

“Bien que le maintien de taux d’intérêt bas pendant longtemps puisse avoir des conséquences négatives sur la rentabilité des banques, des effets néfastes notables ne se matérialisent qu’après une période de temps relativement longue et tendent à être contrebalancés par les améliorations des conditions macroéconomiques associées à de bas taux d’intérêt”, écrivent les auteurs de l’étude.

A perspectives macroéconomiques inchangées, l’effet négatif sur la rentabilité des banques pourrait se faire sentir dans un délai de cinq ans mais la croissance économique reporte cet impact, poursuivent-ils dans cette étude qui ne reflète pas nécessairement la position de la BCE.

“Sur les cinq premières années, le changement dans les anticipations sur le PIB font plus que compenser l’impact négatif sur la rentabilité lié au taux bas pour longtemps”, estiment les auteurs dans leur scénario le plus optimiste. “Il faudrait environ dix ans pour réduire de 25% la rentabilité de la banque médiane.”

La rentabilité des fonds propres des grandes banques européennes, sous la supervision directe de la BCE, a atteint 7,10% au deuxième trimestre contre 5,36% un an auparavant, montrent des données de la BCE.

La BCE a confirmé la semaine dernière qu’elle maintiendrait ses taux directeurs à leur bas niveau actuel bien après la fin de son programme d’assouplissement quantitatif qu’elle a prolongé jusqu’en septembre 2018 au moins tout en réduisant le montant mensuel de ses achats à 30 milliards d’euros à compter du mois de janvier contre 60 milliards actuellement.

L'étude sur le site internet de la BCE : bit.ly/2ihcUsz (Balazs Koranyi, Marc Joanny pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below