October 18, 2017 / 11:16 PM / 6 months ago

France-Le marché de la dette corporate encore dynamique en 2018-Moody's

PARIS, 19 octobre (Reuters) - Des taux d’intérêt bas, une politique monétaire encore très accommodante et l’embellie conjoncturelle devraient assurer le maintien d’un climat favorable aux émissions de dette d’entreprise en France en 2018, prévoit Moody’s Investors Service, qui anticipe aussi une stabilité globale de la qualité du crédit.

L’agence de notation table sur l’émission de 70 à 75 milliards d’euros d’obligations d’entreprises non-financières l’an prochain après 65 à 70 milliards attendus cette année, précise-t-elle dans une étude publiée jeudi.

A fin septembre, Moody’s a recensé 49 milliards d’euros d’émissions, soit dix milliards de plus que sur les neuf premiers mois de l’an dernier. L’année 2016 s’est achevée sur un montant global de 74 milliards, dopé en fin d’année par l’emprunt de 11 milliards de Danone pour financer le rachat de l’américain WhiteWave.

“L’amélioration de la situation macroéconomique en France, un niveau accru de confiance des entreprises ainsi qu’un accroissement des marges vont favoriser l’investissement et les émissions obligataires des entreprises en 2018”, dit Guillaume Leglise, principal auteur de l’étude.

Au-delà de la reprise de l’investissement, les opérations de fusions-acquisitions (M&A) pourraient rester un facteur clé d’animation du marché, explique Moody’s.

“Une part importante du rebond des M&A cette année a été financée par les fonds propres et la trésorerie mais les M&A pourraient alimenter l’activité des marchés de capitaux si les marchés et la macroéconomie restent favorables”, ajoute l’étude.

Autre élément du dynamisme du marché évoqué par Moody’s: la faiblesse des taux a permis aux entreprises de refinancer leur dette. L’agence estime ainsi que sur les 65 milliards d’euros d’émissions bouclées sur janvier-septembre, 35 milliards concernaient des refinancements.

La notation moyenne des émetteurs français reste globalement stable à Ba1, en dépit de l’augmentation régulière du niveau global d’endettement: au sein d’un échantillon de 63 entreprises suivies par Moody’s, le ratio endettement brut/Ebitda est passé à 4,0 en 2016 contre un peu plus de 3,0 en 2013.

Si les sociétés notées en catégorie d’investissement (investment grade, IG) ont représenté autour de 80% des émissions cette année, le haut rendement (high yield, HY) est lui en net repli, à 6,6 milliards de dollars sur les neuf premiers mois de l’année, contre 10,4 milliards sur la même période en 2016.

Moody’s explique ce recul, qui tranche avec les tendances observées dans le reste de l’Europe, par le fait notamment que “des émetteurs HY français importants et réguliers avaient sollicité le marché par anticipation ces dernières années” et que le montant moyen des opérations sur ce segment a tendance à diminuer.

Marc Angrand, édité par Marc Joanny

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below