October 16, 2017 / 4:57 PM / 6 months ago

LEAD 1-Lufthansa propose de racheter une partie des actifs d'Alitalia

(Actualisé avec confirmation de Lufthansa, contexte)

ROME, 16 octobre (Reuters) - La compagnie aérienne allemande Lufthansa a présenté une offre de rachat de certains actifs d’Alitalia, accompagnée d’un plan de restructuration, quelques jours après avoir repris une grande part des actifs d’Air Berlin.

Lufthansa ne propose pas de reprendre la totalité de la compagnie italienne placée sous administration de l’Etat, mais seulement une partie de son réseau, ce qui ne devrait pas être bien accueilli par Rome qui souhaite céder Alitalia d’un seul bloc afin d’éviter un éclatement de ses activités.

La perspective d’une réduction des effectifs ne devrait non plus jouer en faveur de la proposition du groupe allemand, qui n’a pas fourni de précision sinon pour dire que son offre était accompagnée d’un projet de restructuration visant à créer un “nouvel Alitalia”.

“Lufthansa a choisi de ne pas présenter d’offre pour la totalité de la compagnie mais a exprimé son intérêt pour une partie seulement du réseau mondial et de l’activité européenne et nationale”, a déclaré le groupe allemand dans un communiqué.

“L’offre inclut le concept d’un Alitalia nouvellement structuré, avec un modèle économique recentré (“NewAlitalia”), qui pourrait ouvrir des perspectives à long terme”, a-t-il dit.

Le Corriere della Sera a rapporté lundi que Lufthansa avait proposé 500 millions d’euros pour reprendre des avions et des créneaux d’Alitalia, ainsi que le personnel navigant.

Citant trois sources anonymes, le quotidien italien a précisé que le groupe allemand voulait aussi réduire de moitié les effectifs d’Alitalia, qui compte 12.000 salariés, et alléger le réseau des vols court et moyen-courriers.

Le quotidien a ajouté que cette proposition serait vraisemblablement rejetée par les administrateurs chargés de gérer la compagnie aérienne en attendant sa vente.

L’offre intervient peu après la reprise par Lufthansa d’une grande partie des actifs d’Air Berlin, qui renforce sa position de numéro un allemand du transport aérien et porte la flotte de sa filiale à bas coût Eurowings de 160 à 210.

Une concurrence acharnée sur le segment des destinations proches en Europe a affecté plusieurs compagnies aériennes, dont la cinquième compagnie aérienne britannique Monarch qui a fait faillite ce mois-ci, après les placements sous administration judiciaire d’Air Berlin et d’Alitalia.

Alitalia, qui n’a pas souvent dégagé de profit dans ses 70 années d’existence, a été placée sous tutelle cette année, après le rejet par ses salariés d’un plan de réduction ses effectifs.

Le président du directoire de Lufthansa, Carsten Spohr, a déclaré la semaine dernière qu’il n’était intéressé par la compagnie qu’à condition de pouvoir créer un nouvel Alitalia.

Ryanair avait également manifesté un intérêt pour Alitalia à condition qu’elle soit profondément restructurée, mais la compagnie irlandaise y a récemment renoncé.

Vendredi, Rome a prolongé son soutien à Alitalia et repoussé à fin avril 2018 la date-butoir pour une cession. (Valentina Za à Milan et Victoria Bryan à Berlin, Wilfrid Exbrayat et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below