October 15, 2017 / 3:46 PM / 9 months ago

Attention aux risques géopolitiques, dit le gouverneur de la BoJ

WASHINGTON, 15 octobre (Reuters) - Les investisseurs ne prennent peut-être pas assez en compte les risques géopolitiques qui pourraient déclencher des turbulences sur les marchés et perturber la reprise économique mondiale, a averti dimanche le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda.

Le renforcement de la croissance mondiale a poussé les marchés actions à des niveaux records, les investisseurs ignorant largement les risques géopolitiques comme la montée des tensions entre la Corée du Nord et les Etats-Unis.

S’exprimant à Washington lors d’un séminaire du G30, qui regroupe des responsables financiers et des universitaires, Kuroda s’est félicité de l’élargissement de la reprise économique mondiale mais il a souligné que les décideurs devaient garder à l’esprit des facteurs susceptibles d’assombrir le tableau, comme la baisse de la productivité, la faible inflation dans les économies avancées ou les risques géopolitiques.

“A ce stade, les risques géopolitiques croissants n’ont pas conduit à une aversion au risque sur les marchés. Les valorisations des actifs restent élevées tandis que la volatilité est tombée à des niveaux historiquement bas”, a-t-il dit.

“La stabilité sur les marchés financiers est une bonne chose mais il y a une possibilité que les acteurs des marchés soient complaisants et n’évaluent pas suffisamment les risques”, a-t-il ajouté.

Au Japon, l’inflation reste faible en dépit de la reprise modérée mais continue de l’économie, ce qui signifie que la BoJ maintiendra son soutien monétaire massif pendant encore un temps, a poursuivi le gouverneur de la banque centrale.

“L’atteinte de notre objectif d’inflation de 2% est encore loin. La BoJ poursuivra son soutien monétaire agressif avec l’idée d’atteindre son objectif le plus vite possible”, a-t-il dit.

Malgré sa politique monétaire ultra-accommodante mise en place en 2013 et une croissance qui a atteint un taux annualisé de 2,5% au deuxième trimestre, la Banque du Japon a dû repousser à six reprises son calendrier pour l’atteinte de son objectif d’inflation de 2%.

Haruhiko Kuroda est à Washington pour la réunion d’automne du Fonds monétaire international où les grands argentiers de la planète ont fait le constat d’une reprise robuste mais accompagnée d’une inflation toujours faible et de déséquilibres persistants. (Leika Kihara, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below