12 octobre 2017 / 05:58 / il y a 10 jours

GM tente d'évaluer l'impact du scandale Kobe Steel

DETROIT/TOKYO, 12 octobre (Reuters) - General Motors vérifie si ses automobiles comportent des pièces ou des composants fournis par le sidérurgiste japonais Kobe Steel qui auraient fait l‘objet d‘une fausse certification.

“General Motors est au courant des informations faisant état d‘une importante altération des produits du cuivre et de l‘aluminium de Kobe Steel”, a dit à Reuters Nick Richards, porte-parole de GM, confirmant une information de l‘agence Kyodo. “Nous en examinons les répercussions éventuelles et n‘avons rien de plus à dire pour le moment”.

GM, Toyota Motors et 200 autres entreprises à peu près ont été clients de Kobe Steel et pourraient être affectées par un scandale qui semble s‘étendre à l‘ensemble de la chaîne de production.

De nouvelles révélations faites mercredi ont montré que la manipulation de données chez le sidérurgiste s‘était faite à une échelle bien supérieure à ce qu‘on avait pensé au départ, Kobe Steel étant le dernier industriel japonais en date à avoir ainsi admis des écarts de conduite professionnelle.

La Bourse n‘a pas apprécié et la capitalisation boursière de Kobe Steel a fondu de 1,6 milliard de dollars en deux jours. L‘action semblait se stabiliser jeudi en Bourse de Tokyo, gagnant 0,2% à l‘approche de la clôture.

Hiroya Kawasaki, président de Kobe Steel, a dit jeudi que le sidérurgiste enquêterait en profondeur et ferait en sorte que cela ne se reproduise pas.

Kobe Steel a précisé mercredi soir qu‘il avait repéré 70 cas de trucage de données sur des matériaux employés dans les disques optiques et les écrans à cristaux liquides chez sa filiale Kobelco Research Institute, qui fabrique et teste des produits pour le sidérurgiste.

Il a également fait état d‘un cas de manipulation sur les produits à base de poudre de fer.

L‘enquête interne diligentée depuis la découverte de la fraude sur les pôles cuivre et aluminium n‘a pas décelé d‘autres cas de manipulation, a dit Yoshihiko Katsukawa, un responsable de Kobe Steel.

Il a ajouté que Kobe Steel, qui examine ses données sur une période de 10 ans, avait ouvert en enquête externe sur l‘ensemble de ses filiales, y compris à l‘étranger.

“Nous n‘excluons pas que l‘enquête externe repère d‘autres cas”, a dit Katsukawa, ajoutant qu‘aucun client n‘avait fait état de problèmes de sécurité ou n‘avait mis un terme à ses commandes. (Nick Carey à Detroit et Kaneko Kaori à Tokyo, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below