10 octobre 2017 / 17:10 / il y a 2 mois

LVMH attend un T4 plus délicat et une normalisation dans le cognac

* L‘euro et les comparatifs ne seront pas favorables au T4

* Les contraintes sur le cognac vont durer plusieurs trimestres

* Disponibilité volontairement limitée chez Louis Vuitton

par Pascale Denis

PARIS, 10 octobre (Reuters) - LVMH s‘est montré prudent pour le quatrième trimestre après une brillante performance sur neuf mois, pour cause de hausse de l‘euro, de base de comparaison défavorable et de contraintes durables sur ses livraisons de cognac.

Le numéro un mondial du luxe, qui compte parmi les rares du secteur à signer une croissance à deux chiffres, a maintenu sa croissance à 12% au troisième trimestre malgré des bases de comparaisons plus difficiles, porté par notamment les performances de Vuitton, son principal centre de profit.

“Les défis identifiés début 2017 sont là et joueront contre nous au quatrième trimestre. Donc nous réitérons notre prudence pour la fin de l‘année”, a déclaré mardi Jean-Jacques Guiony, directeur financier du groupe, lors d‘une conférence téléphonique.

Les comparatifs seront surtout difficiles pour la division mode-maroquinerie et pour la clientèle chinoise, qui avait très fortement rebondi à la fin de l‘an dernier, a-t-il précisé.

Dans le cognac, les trimestres à venir s‘annoncent plus difficiles pour Hennessy, après une baisse des volumes enregistrée au troisième trimestre en raison de contraintes d‘approvisionnement touchant la catégorie “VS” (eaux-de-vie jeunes, les moins chères).

Les ventes de cognac ne devraient guère progresser en volume au cours des trois ou quatre prochains trimestres, a indiqué le directeur financier, estimant que la croissance devrait finir par se “normaliser” autour de 3% à 4% après le rebond observé en Chine et la très forte progression du marché américain.

Au quatrième trimestre, “le ‘mix’ ne sera pas aussi positif et on ne peut pas s‘attendre à ce que les tendances soient aussi solides en Chine”, a-t-il dit, indiquant que Hennessy y avait profité, au troisième trimestre, d‘éléments ponctuels favorables.

L‘approvisionnement sera par ailleurs pénalisé en 2017 et 2018 par les mauvaises récoltes de 2016 et 2017 dues aux intempéries, dont les effets doivent être lissés dès aujourd‘hui afin d‘éviter de trop gros problèmes de stocks dans les deux ou trois ans à venir.

Les performances de Louis Vuitton - dont la croissance organique a atteint 13% à 14% au dernier trimestre selon les analystes et qui réalise 30% de ses ventes auprès de la clientèle chinoise - ont quant à elles été principalement tirées par les volumes, a précisé Jean-Jacques Guiony.

Il a également indiqué que la disponibilité de certains best-sellers de la marque avaient été volontairement limitée pour pouvoir répondre à la demande en fin d‘année et éviter la surexposition de certains modèles, susceptible de dégrader son image.

En Chine continentale, les ventes de la division mode-maroquinerie ont bondi de 30% à 40% au troisième trimestre.

A la Bourse de Paris, le titre LVMH a clôturé en hausse de 2,24% à 237,40 euros, en tête de l‘indice CAC 40, entraînant dans son sillage l‘ensemble du secteur du luxe. (Edité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below