10 octobre 2017 / 15:25 / il y a 7 jours

Allemagne-Un dirigeant CSU doute d'une coalition cette année

BERLIN, 10 octobre (Reuters) - Le chef du groupe de l‘Union chrétienne-sociale (CSU) au Bundestag, Alexander Dobrindt, doute qu‘une coalition gouvernementale puisse voir le jour avant l‘an prochain en Allemagne, en raison des profondes divergences entre les trois formations qui ont décidé d‘ouvrir des négociations.

La chancelière Angela Merkel envisage la constitution d‘une coalition “Jamaïque” (aux couleurs du drapeau jamaïcain: noir pour la CDU-CSU, jaune pour le FDP, vert pour les Grünen) qui n‘a encore jamais été testée au niveau fédéral.

L‘Union chrétienne-démocrate (CDU) d‘Angela Merkel a conclu dimanche avec la CSU, son alliée bavaroise, un accord limitant à 200.000 par an le nombre de réfugiés qui peuvent être accueillis sur le territoire allemand, ce qui lève un obstacle important dans les négociations.

Mais pour Alexander Dobrindt, les discussions entre CDU-CSU, FDP et Verts s‘annoncent très difficiles.

“Nous savons tous que ce qui nous divise dépasse largement ce qui nous rapproche et on peut se demander si un accord de coalition est possible cette année”, a-t-il dit à Reuters. “On peut concevoir que nous ne pourrons pas aboutir en décembre et que les discussions finales, s‘il y en a, ne pourront avoir lieu que l‘an prochain.”

Une coalition “Jamaïque” avait été formée en octobre 2009 dans le Land de Sarre, dans l‘ouest du pays, mais avait éclaté en 2012. Une alliance similaire dirige le Schleswig-Holstein, dans le nord de l‘Allemagne, depuis les élections régionales de mai dernier.

Au niveau national, les trois blocs qui vont s‘engager dans des négociations sont en désaccord sur plusieurs dossiers, comme l‘immigration, la réforme de l‘Union européenne, la politique fiscale et l‘environnement.

En conséquence, un accord le plus détaillé possible est nécessaire.

“Nous devons vraiment entrer dans les détails, bien plus que lors de l‘accord de ‘grande coalition’” qui réunissait la CDU et les sociaux-démocrates du SPD au sein du précédent gouvernement, a souligné le dirigeant conservateur.

“Les divergences entre les différents partis sont profondes, il faut donc que l‘accord soit le plus fouillé possible”, a-t-il poursuivi.

Ainsi, l‘accord entre CDU et CSU sur le plafonnement du nombre de réfugiés accueillis en Allemagne chaque année se heurte à l‘opposition des Grünen et suscite des réserves chez les libéraux du FDP.

Mais pour Alexander Dobrindt, “les règles édictées dans notre document sur l‘immigration (...) doivent se retrouver dans tout accord de coalition”.

L‘intransigeance de la CSU, des Verts et du FDP sur cette question migratoire montre à quel point les discussions s‘annoncent difficiles. (Andreas Rinke et Paul Carrel; Guy Kerivel pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below