10 octobre 2017 / 15:35 / il y a 2 mois

Nvidia dévoile une plate-forme pour des véhicules 100% autonomes

par Eric Auchard

LONDRES, 10 octobre (Reuters) - Nvidia a dévoilé mardi les premières puces informatiques destinées à la conception de véhicules entièrement autonomes et a dit avoir plus de 25 clients travaillant à la construction d‘une nouvelle classe de voitures sans conducteur, de “robotaxis” et de poids-lourds.

Deutsche Post DHL Group, numéro un mondial de la messagerie et de la logistique, et l‘équipementier automobile ZF envisagent de déployer dès 2019 une flotte de camions de livraison autonomes basés sur les nouvelles puces, a expliqué le fabricant américain de semi-conducteurs.

La troisième génération de puces pour l‘automobile Drive PX de Nvidia, connue sous le nom de code Pegasus, est une plate-forme de la taille d‘une plaque d‘immatriculation équipée de plusieurs puces ayant la puissance de calcul d‘un data center (centre de données).

Pegasus peut traiter 320.000 milliards d‘opérations par seconde, ce qui représente globalement une performance treize fois supérieure à celle de la génération actuelle baptisée PX 2.

Selon Nvidia, avec un seul processeur de la famille Xavier, les constructeurs automobiles peuvent mettre au point un véhicule semi-autonome de niveau 3, tandis qu‘une combinaison de plusieurs processeurs mobiles et graphiques permet de concevoir un véhicule autonome de niveau 5.

Un véhicule de niveau 5 est capable de rouler sans aucune intervention d‘un conducteur et, dans sa version épurée, il n‘aura ni volant ni pédale de freins.

Dans une voiture de niveau 3, le volant est toujours nécessaire, en cas notamment de problème. Les véhicules de niveau 4 eux sont conçus pour circuler sans conducteur sur des voies dédiées.

A Wall Street, l‘action Nvidia a touché mardi un nouveau record à 192,95 dollars et conserve un gain de 1,56% à 188,28 dollars vers 15h25 GMT. Le titre a gagné près de 80% depuis le début de l‘année.

“Nvidia dispose d‘une longueur d‘avance. Mais on peut s‘attendre certainement à ce qu‘Intel, NXP et Renesas ne soient pas loin derrière”, a déclaré Luca De Ambroggi, analyste au cabinet d‘études IHS Markit.

Intel, le géant américain des puces pour ordinateurs, et sa filiale dédiée à l‘automobile Mobileye travaillent avec le constructeur automobile allemand BMW et l‘équipementier américain Delphi sur leur propre plate-forme de conduite autonome prévue pour 2021.

Le fabricant de puces pour smartphones Qualcomm a annoncé l‘an dernier le rachat pour 38 milliards de dollars (28 milliards d‘euros) de NXP Semiconductors, le premier fournisseur mondial d‘électronique pour l‘automobile, mais leur projet de fusion est toujours en cours d‘étude par les autorités de la concurrence.

Le fabricant de puces japonais Renesas dispose pour sa part d‘une forte présence dans les microcontrôleurs utilisés pour gérer les fonctions clés des voitures.

Le directeur automobile de Nvidia, Danny Shapiro, a expliqué dans un entretien qu‘une majorité des premiers clients ayant adopté la plate-forme Pegasus se concentrerait sur les robotaxis, des véhicules autonomes sans volants ni pédales de freins qui circuleront uniquement sur des routes dédiées.

Les grands constructeurs automobiles annonceront eux-mêmes dans les mois à venir, selon leur calendrier, les véhicules conçus avec la plate-forme Pegasus, a-t-il ajouté à l‘occasion d‘une conférence de développeurs à Munich.

PIÈCE MANQUANTE

La plate-forme Pegasus sera mise à la disposition des constructeurs automobiles d‘ici mi-2018 afin qu‘ils commencent à développer leurs véhicules et à tester les différents logiciels.

L‘accord entre Deutsche Post, ZF et Nvidia porte également sur les futurs camions de livraison de Deutsche Post baptisés StreetScooter, dont un prototype a été présenté à Munich.

Ces véhicules seront destinés dans un premier temps pour de la logistique sur des routes privées dans les centres de fret ou pour le transport sur longue distance sur des voies dédiées, a déclaré Danny Shapiro.

“Ils ne remplacent pas les conducteurs, mais rendent les conducteurs plus efficaces et plus fiables”, a-t-il ajouté.

L‘actuelle plate-forme Drive PX2 de Nvidia compte 225 clients, notamment des fabricants de voitures et de camions, des équipementiers automobiles, des entreprises de cartographie en haute définition, des startups et des instituts de recherche.

Le constructeur américain de véhicules électriques Tesla développe ses propres modèles autonomes, dont le dernier en date la Model 3. L‘Audi A8 de Volkswagen est la première voiture à utiliser les fonctions de conduite semi-autonomes de niveau 3. Toyota Motor et le groupe automobile chinois Geely, propriétaire de la marque Volvo, y travaillent aussi.

Mais selon Luca De Ambroggi, la plate-forme Pegasus de Nvidia est la première à permettre aux constructeurs de développer des véhicules véritablement autonomes, qui peuvent être améliorés par la suite avec des logiciels avant le déploiement effectif sur route.

Il relève cependant que si Pegasus pourrait permettre la production de masse de robotaxis sur routes dédiées, la plate-forme est sans doute plus davantage adaptée pour la production seulement des prototypes de véhicules entièrement autonomes.

En outre, selon l‘analyste d‘IHS Markit, les questions liées à la réglementation, aux tests sur routes et à la sécurité sont également des freins à l‘arrivée de tels véhicules, dont le lancement véritable n‘aura pas lieu avant au moins 2025. (Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below