10 octobre 2017 / 10:59 / dans 2 mois

LEAD 2-BAE annonce près de 2.000 suppressions d'emploi en Grande-Bretagne

* Ralentissement des commandes de l‘Eurofighter Typhoon

* Les deux usines du Lancashire principalement affectées

* Effectifs réduits également dans le maritime et le renseignement (Actualisé avec des précisions, réactions du gouvernement)

par Paul Sandle

LONDRES, 10 octobre (Reuters) - Le groupe britannique de défense BAE Systems a annoncé mardi la suppression de près de 2.000 postes, essentiellement dans sa division aéronautique, en raison du ralentissement des commandes pour son avion de combat, l‘Eurofighter Typhoon.

Ces réductions de postes s‘inscrivent dans la stratégie de rationalisation des activités du groupe dont Charles Woodburn a pris la direction générale en juillet.

Le Typhoon a remporté cette année moins de commandes que le Rafale, son concurrent construit par le français Dassault Aviation.

Le Qatar a certes décidé en septembre d‘acheter 24 appareils mais une importante commande espérée en Arabie saoudite ne s‘est pas concrétisée.

Au vu des commandes actuelles pour le Typhoon et le Hawk, un avion de chasse d‘entraînement, BAE estime devoir réduire les effectifs de sa division aéronautique de 1.400 personnes.

Les usines de Warton et Samlesbury dans le Lancashire (nord de l‘Angleterre), où environ 5.000 employés travaillent sur le programme Typhoon, subiront de plein fouet ces suppressions de postes. Les activités de BAE aux Etats-Unis ne sont en revanche pas concernées.

Le Typhoon a été créé par un consortium réunissant BAE, Airbus et Finmeccanica.

BAE a également annoncé la suppression de 350 emplois dans son activité maritime et de 150 autres dans sa branche de systèmes d‘informations, dans le cadre de sa réorganisation destinée à le rendre plus compétitif.

Le syndicat britannique Unite a déclaré qu‘il s‘opposerait à ces suppressions de postes, conséquence, selon son secrétaire général adjoint Steve Turner, d‘une “vue à court terme désastreuse” pour les capacités de défense d‘une des deux grandes puissances militaires européennes.

BAE Systems emploie en tout 34.600 personnes en Grande-Bretagne.

“C‘est un moment très préoccupant pour les salariés (de BAE) et le gouvernement va faire en sorte d‘apporter un soutien à tous ceux qui sont concernés”, a réagi le porte-parole de la Première ministre Theresa May.

“Le MoD (ministère de la Défense) a une relation étroite avec BAE”, a-t-il ajouté en notant que les dépenses de défense du pays s‘étaient élevées à 3,7 milliards de livres (4,1 milliards d‘euros) l‘an dernier.

Pour Howard Wheeldon, analyste spécialisé dans les questions de défense, les réductions d‘effectifs s‘expliquent par les commandes insuffisantes des programmes Typhoon et Hawk mais aussi par la fin programmée d‘autres activités, comme le soutien et la maintenance des chasseurs Tornado.

“C‘est la marque d‘un nouveau directeur général qui a bien étudié le groupe et décidé là où il veut aller. Cela offre une nouvelle structure et des perspectives”, ajoute-t-il.

Les activités aéronautiques de BAE, qui est aussi partenaire du programme d‘avion de combat F-35 Lightning II aux Etats-Unis, représentent un peu plus de la moitié du chiffre d‘affaires de 19 milliards de livres réalisé par le groupe britannique en 2016.

BAE avait jugé en août peu probable qu‘une nouvelle commande ait des conséquences positives sur le rythme de production de l‘Eurofighter pour au moins 24 mois. “Nous devons évidemment examiner notre production très attentivement”, avait alors dit Charles Woodburn.

Il s‘était cependant montré confiant dans les futures commandes de l‘avion de chasse.

BAE a précisé mardi que la réorganisation n‘aurait pas d‘incidence sur ses prévisions de résultats pour cette année.

Le groupe prévoit toujours une croissance de 5 à 10% de son bénéfice par action ajusté, qui était ressorti à 40,3 pence en 2016, et une légère réduction de son endettement.

A la Bourse de Londres, le titre BAE a peu réagi à ces annonces qui avaient déjà commencé à filtrer dans la presse la veille. L‘action cède 0,16% à 617,68 pence vers 14h30 GMT, à comparer à une hausse de 0,30% pour le FTSE-100 . (Bertrand Boucey et Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below