10 octobre 2017 / 10:14 / il y a 2 mois

Nucléaire-Greenpeace alerte sur la sécurité du combustible usé

PARIS, 10 octobre (Reuters) - Les piscines d‘entreposage de combustible nucléaire usé des centrales françaises et belges sont très mal protégées face aux risques d‘actes malveillants et d‘attaques terroristes, selon les conclusions d‘un rapport d‘experts publiées mardi par Greenpeace.

Selon ce rapport commandé par l‘organisation non gouvernementale, les piscines des centrales - pouvant chacune contenir plusieurs centaines de tonnes de combustible usé - sont particulièrement exposées aux risques d‘attaques par avion et par hélicoptère et ne résisteraient pas à des tirs d‘armes antichar.

Des attaques de ce type pourraient donc provoquer “une catastrophe nucléaire majeure” mettant les populations en danger dans des rayons allant jusqu‘à 250 km autour des centrales, estime Greenpeace, qui épingle la conception même des piscines d‘entreposage - aux murs insuffisamment épais selon l‘ONG -, utilisées pour refroidir des matières hautement radioactives.

L‘ONG demande en conséquence à EDF de réaliser des travaux nécessaires pour “bunkériser” ces installations, pour un coût estimé à environ un milliard d‘euros par piscine selon Yves Marignac, directeur de l‘agence d‘étude et de conseil WISE-Paris et coauteur du rapport.

La France compte 63 piscines de combustible, une sur chacun de ses 58 réacteurs en service, une dans l‘ex-site de Creys-Malville et quatre à La Hague (Manche) sur un site exploité par Areva et considéré comme particulièrement fragile par les experts diligentés par Greenpeace.

“EDF travaille en coopération étroite avec l‘Etat français pour assurer en permanence la protection des centrales nucléaires”, a déclaré une porte-parole de l‘électricien public, ajoutant que la conception des piscines de combustibles intégrait les risques des séismes et d‘inondations mais aussi d‘attaques terroristes.

Engie, qui exploite le parc nucléaire belge, n‘a pas fait de commentaire dans l‘immédiat.

Sébastien Lecornu, secrétaire d‘État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a de son côté déclaré sur RTL que le gouvernement allait “examiner” le rapport de Greenpeace, qui lui a été remis mardi.

“La France a les mécanismes les plus robustes et les plus performants au monde en matière de sécurité et de sûreté”, a-t-il dit.

L‘Autorité de sûreté nucléaire a pour sa part souligné qu‘elle n‘était pas chargée de la sécurité des centrales françaises, qui consiste à les protéger contre des actions d‘origine malveillante tandis que la sûreté concerne la maîtrise des risques induits par leur exploitation. (Benjamin Mallet, avec Simon Carraud, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below