10 octobre 2017 / 06:34 / il y a 14 jours

Engie veut une fin rapide des tarifs réglementés gaz-syndicat

PARIS, 10 octobre (Reuters) - Engie est favorable à l‘adoption rapide d‘une loi programmant la fin des tarifs réglementés du gaz, dont l‘existence a été jugée contraire au droit européen par le Conseil d‘Etat cet été, a déclaré mardi la CGT.

“La FNME-CGT a eu connaissance des propositions faites par le groupe Engie au gouvernement concernant le marché du gaz et plus largement de l‘énergie. Engie propose l‘adoption très rapide d‘une loi, qui programme l’extinction des tarifs réglementés gaz mais aussi électricité”, précise le syndicat dans un communiqué.

Engie, fournisseur historique du gaz en France, n‘a pas réagi dans l‘immédiat aux propos de la CGT.

Selon le syndicat, Engie veut que la loi stipule notamment que la suppression des tarifs réglementés entraîne “la fin des contraintes pesant sur Engie pour assurer la sécurité d‘approvisionnement, ce qui permettrait d’alléger ses coûts”.

La CGT ajoute qu‘une telle fin entraînerait la suppression des 811 emplois affectés aux tarifs réglementés chez Engie.

En juillet, Le Conseil d‘Etat a annulé un décret de 2013 encadrant les tarifs réglementés du gaz appliqués en France aux particuliers et aux petits professionnels, une décision qui n‘oblige cependant pas l‘Etat à prendre des mesures en ce sens.

La CGT estime que les propositions d‘Engie “conduiraient directement à un renchérissement du prix des énergies et à un risque majeur sur la continuité de fourniture”, réaffirmant ainsi son opposition à la fin des tarifs réglementés.

“La FNME-CGT met en garde le gouvernement contre les graves conséquences qu’auraient les propositions du groupe Engie.”

Les tarifs réglementés sont fixés mensuellement par le gouvernement après avis de la Commission de Régulation de l‘Energie (CRE). Ils concernaient 5,4 millions de particuliers à fin mars.

La Cour de justice de l‘Union européenne avait estimé en septembre 2016 que les tarifs réglementés constituaient une entrave à la réalisation d‘un marché du gaz concurrentiel mais pouvaient se justifier sous certaines conditions.

La France a défendu leur maintien ces dernières années en faisant valoir qu‘ils contribuaient à sa sécurité d‘approvisionnement et permettaient de protéger le pouvoir d‘achat des consommateurs, alors même que les offres de marché proposent des prix plus bas que les tarifs réglementés.

Benoit Van Overstraeten et Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below