9 octobre 2017 / 16:13 / dans 2 mois

L'Eurogroupe réfléchit à une intégration renforcée de la zone euro

par Francesco Guarascio et Robert-Jan Bartunek

LUXEMBOURG, 9 octobre (Reuters) - Les ministres des Finances de la zone euro ont débattu lundi de l‘avenir du fonds de sauvetage financier des Etats de la région en vue d‘un renforcement de l‘intégration économique entre les 19 pays partageant la monnaie européenne.

Ce fonds, le Mécanisme européen de stabilité (MES), a été crée au paroxysme de la crise des dettes souveraines dans la zone euro et il est entré en vigueur en 2012. Doté d‘une capacité de prêts de 500 milliards d‘euros, il est le prêteur en dernier ressort pour les pays de la zone euro confrontés à des difficultés financières.

“C‘est le bon moment pour discuter du futur rôle du MES, de sa participation dans la gestion des programmes mis en oeuvre dans les pays membres, de son rôle au sein de l‘union bancaire”, a dit Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne, avant le début de la réunion mensuelle de l‘Eurogroupe.

“Nous essayons de mettre l‘accent sur le rôle du MES en tant que soutien potentiel au Fonds de résolution unique tout en l‘inscrivant dans le cadre communautaire”, a-t-il ajouté.

Le Fonds de résolution unique, alimenté par les banques, est destiné pour sa part à organiser le démantèlement des établissements financiers en faillite. Il a accumulé jusqu‘à présent 17 milliards d‘euros avec un objectif d‘environ 55 milliards d‘euros en 2023.

S‘il s‘avère avant cette échéance qu‘il lui faut davantage d‘argent, il lui faudra trouver un appui financier et les ministres devraient convenir que ce rôle doit revenir au MES.

Le MES pourrait assurer la même fonction auprès d‘un mécanisme européen de garantie des dépôts (EDIS, selon son acronyme anglais), une entité qui protégera les dépôts bancaires jusqu‘à 100.000 euros dans tous les pays de la zone si les réticences de l‘Allemagne parviennent à être surmontées.

Les ministres des Finances devaient aussi discuter du statut du MES, actuellement contrôlé par les Etats membres de la zone euro, pour le transformer en une institution communautaire comme la Commission européenne ou la Banque centrale européenne (BCE).

Ils devaient également réfléchir à une éventuelle transformation du MES en Fonds monétaire européen, ce qui ne rendrait plus nécessaire la participation du Fonds monétaire international (FMI) ou de la BCE pour résoudre des crises telles que celles qui ont frappé la Grèce, l‘Irlande, le Portugal, l‘Espagne ou Chypre.

Ces discussions au Luxembourg s‘inscrivent dans un débat plus vaste sur une consolidation de la zone euro, le président français Emmanuel Macron proposant par exemple de la doter d‘un budget mis en oeuvre par un ministre des Finances et contrôlé par son propre parlement. (Bertrand Boucey pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below