9 octobre 2017 / 09:07 / dans 2 mois

BOURSE-Airbus chute, craintes sur les enquêtes et les livraisons

PARIS, 9 octobre (Reuters) - Le titre Airbus chute lundi dans la matinée à la Bourse de Paris alors que le groupe d‘aéronautique et de défense a dit s‘attendre à un fort impact des enquêtes anti-corruption menées à son encontre en France et au Royaume-Uni.

Le groupe européen est aussi en difficulté sur son programme de livraisons d‘avions pour 2017, relèvent plusieurs analystes.

A 10h58, l‘action perd 3% à 78,83 euros, accusant le plus fort repli du CAC 40, quasiment inchangé au même moment. La valeur met un terme à une série haussière enclenchée mi-septembre qui l‘a portée à un plus haut historique en clôture, à 82,14 euros le 4 octobre, à la faveur notamment du repli de l‘euro face au dollar.

Airbus fait l‘objet depuis plusieurs mois en France et depuis l‘an dernier au Royaume-Uni d‘enquêtes concernant l‘usage d‘intermédiaires dans des ventes d‘avions de ligne.

Dans un courrier adressé vendredi aux salariés du groupe, Tom Enders, le président exécutif d‘Airbus, a estimé que ces enquêtes pourraient entraîner des “pénalités importantes”.

“Nous ne connaissons pas l‘impact financier éventuel pour Airbus s‘il y en a un, mais ces enquêtes se traduisent généralement par des amendes de plusieurs centaines de millions d‘euros”, indiquent les analystes de Natixis dans une note diffusée lundi.

“C‘est clairement négatif pour l‘image du groupe et cela pourrait pénaliser le cours de Bourse”, ajoutent-ils.

UN OBJECTIF JUGÉ DIFFICILE À ATTEINDRE

De leur côté, les analystes de Citigroup estiment que les amendes éventuelles pourraient être “punitives” et basées sur les bénéfices réalisés sur les contrats mis en cause. Et de rappeler l‘exemple de Rolls-Royce qui avait versé 671 millions de livres sterling (750 millions d‘euros) aux autorités britanniques, américaines et brésiliennes en 2016.

Parallèlement, Airbus a fait état vendredi de 271 commandes nettes sur la période de janvier à septembre, et de 454 livraisons dans le même temps.

“Les prises de commandes restent relativement faibles (56 en septembre) mais c‘était déjà attendu”, soulignent les analystes de Natixis.

En revanche, l‘objectif d‘Airbus de livrer environ 200 A320neo cette année apparaît de plus en plus difficile aux yeux de plusieurs analystes.

“Pour atteindre sa prévision d‘en livrer ‘autour ou près’ de 200, ce que nous lisons comme environ 190, Airbus a besoin de livrer 101 A320neo dans les trois mois qui restent de l‘année”, calculent les analystes de Citi, qui jugent cet objectif réalisable mais de plus en plus compliqué.

Ceux de Jefferies estiment qu‘Airbus devrait livrer au total cette année 704 avions, contre un objectif de 720 affiché par le groupe. Cet écart n‘est pas en soi un problème mais pourrait devenir “important si cette performance moins bonne que prévu signalait des problèmes sur la chaîne d‘approvisionnement qui pourraient aussi peser en 2018”, indiquent-ils.

Blandine Hénault, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below