6 octobre 2017 / 13:37 / il y a 2 mois

POINT HEBDO-Les marchés actions entre risques politiques et hausse des profits

* Records historiques sur les marchés d‘actions mondiaux

* Anniversaire le 10 octobre du Parti communiste nord-coréen

* Les “minutes” de la Fed et des statistiques américaines majeures au programme

* Début du bal des publications avec les banques américaines

par Blandine Henault

PARIS, 6 octobre (Reuters) - Portés à des niveaux records avec l‘amélioration de la conjoncture économique, les marchés d‘actions risquent maintenant d‘être tiraillés entre le soutien attendu d‘une nouvelle saison de résultats trimestriels et la pression résultant d‘une montée des tensions politiques.

Les indices américains ont enchaîné cette semaine des plus hauts historiques, avec sept clôtures record d‘affilée pour le S&P 500, sa plus longue depuis 1997.

En Europe, le Dax allemand a également touché vendredi un pic historique en séance et l‘indice MSCI World regroupant 47 marchés développés et émergents évolue à des sommets jamais atteints.

La récente phase haussière des marchés d‘actions s‘est faite en dépit de la normalisation attendue des politiques monétaires des banques centrales et de la multiplication récente des facteurs de risque politique, à l‘instar des tensions en Catalogne.

“Il nous semble que l‘incertitude politique est remontée depuis les élections allemandes et la convocation de législatives anticipées au Japon, indépendamment des tensions avec la Corée du Nord”, soulignent les stratèges de Swiss Life AM qui prônent une position “plutôt prudente” sur les actifs risqués pour la fin d‘année.

DOSSIER CORÉEN ET “MINUTES” DE LA FED

Les tensions autour du dossier nord-coréen pourraient notamment connaître un regain la semaine prochaine sur les marchés, alors que Pyongyang fêtera le 10 octobre l‘anniversaire du Parti communiste nord-coréen.

Les observateurs redoutent que la Corée du Nord se livre à cette occasion à de nouvelles provocations, d‘autant que cet anniversaire intervient une semaine avant l‘ouverture du 19e congrès du Parti communiste chinois, le 18 octobre.

Le leader nord-coréen Kim Jong-un a multiplié ces derniers mois les tirs de missiles balistiques, mené un sixième essai nucléaire et échangé des menaces avec Donald Trump.

“On se croirait dans une cour d‘école avec des accusations, des discours et des conférences de presse hors de tout contrôle. J‘estime qu‘il existe pratiquement 50% de risque qu‘il se passe ‘quelque chose’ en octobre”, a prévenu cette semaine Steen Jakobsen, chef économiste chez Saxo Bank.

La normalisation en cours et à venir des politiques monétaires des grandes banques centrales reste également un élément déterminant sur les marchés.

Le mois d‘octobre constituera en particulier un tournant puisque la Réserve fédérale (Fed) commencera à réduire son bilan et que la BCE doit préciser le 26 octobre ses intentions sur la réduction de son programme de rachats d‘actifs.

Les investisseurs prendront connaissance mercredi du compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Fed, à l‘issue de laquelle les anticipations d‘une hausse des taux en décembre étaient largement remontées.

“Les ‘minutes’ de la Fed seront l‘occasion d‘observer les dissensions en interne, ce qui peut permettre d‘évaluer le rythme du processus de normalisation de la politique monétaire de la Fed”, observe Vincent Juvyns, stratège chez JPMorgan AM.

“Cette normalisation est à la fois le signe que cela va mieux mais également un risque. Cela n‘a jamais été fait par le passé ; nous n‘avons pas de point de comparaison. C‘est donc un exercice qu‘il faudra suivre attentivement”, ajoute-t-il.

Le rapport sur l‘emploi américain, publié ce vendredi, a encore alimenté les attentes d‘un prochain relèvement des taux de la Fed : la hausse du salaire horaire moyen, une composante essentielle de l‘inflation, a été supérieure aux attentes en septembre.

Parallèlement, les destructions d‘emploi sur le mois ont été jugées peu significatives quant à l‘état de santé du marché du travail, compte tenu de l‘effet des ouragans Harvey et Irma.

DES PUBLICATIONS DES RÉSULTATS EN SOUTIEN

Ce rapport sur l‘emploi intervient après une série d‘indicateurs économiques ressortis meilleurs que prévu aux Etats-Unis, dont un très bon indice ISM dans le secteur des services.

Une nouvelle salve de statistiques américaines est prévue vendredi prochain, avec la publication des prix à la consommation, des ventes au détail et de l‘indice de confiance du Michigan pour le mois de septembre.

“On peut se demander s‘il n‘y a pas un peu d‘exagération sur les marchés d‘actions. Mais il faut quand même noter que cela repose sur une réalité économique”, souligne Vincent Juvyns.

“On n‘a jamais eu une année avec une économie mondiale aussi active et synchronisée depuis la crise. Cette réalité économique incontestable se traduit par une croissance des bénéfices des entreprises”, ajoute le stratège.

Les sociétés du S&P 500 devraient voir en moyenne leur bénéfice par action progresser de 5,3% sur le troisième trimestre, selon des données Thomson Reuters.

“L‘effet de rattrapage sur le secteur énergétique que l‘on a connu au premier et deuxième trimestre va s‘amenuiser mais d‘autres secteurs vont prendre le relais comme la finance et la technologie”, indique Vincent Juvyns.

Les banques américaines vont d‘ailleurs lancer le bal des publications trimestrielles, avec les annonces attendues de Citigroup, JPMorgan Chase, Bank of America et Wells Fargo en fin de semaine prochaine.

En Europe, les bénéfices des entreprises du Stoxx 600 devraient avoir progressé de 5,4% au troisième trimestre. Les investisseurs devraient être particulièrement attentifs à l‘éventuel impact du renchérissement de l‘euro sur les comptes.

Reste à savoir dans quelle mesure le lancement de la saison des publications de résultats trimestriels pourra constituer un soutien aux marchés d‘actions face aux différents risques politique et monétaire.

Selon une enquête réalisée par Reuters, les stratèges actions s‘attendent à ce que Wall Street marque une pause dans les prochaines semaines : la prévision médiane des 47 responsables de la stratégie actions sondés montre le S&P 500 à 2.525 points à la fin de l‘année, soit 13% au-dessus de son niveau de clôture de 2016 mais en dessous de ses niveaux actuels.

En Europe, l‘indice EuroStoxx 50 est vu à 3.649 points, soit une progression d‘environ 1% par rapport au cours actuel.

édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below