5 octobre 2017 / 09:30 / il y a 2 mois

ENQUÊTE-Les incertitudes liées au Brexit pèseront encore sur le Footsie

* Données de l‘enquête : cpurl://apps.cp./cms/?pageId=stock-index-poll

* Le FTSE 100 terminerait l‘année à 7.456 points

* Il atteindrait 7.630 points à fin 2018

par Kit Rees et Helen Reid

LONDRES, 5 octobre (Reuters) - L‘indice FTSE 100 de la Bourse de Londres ne devrait pas beaucoup varier d‘ici la fin de l‘année et ne progressera que faiblement l‘année prochaine, sous-performant les autres marchés européens en raison des incertitudes liées au Brexit, estiment des stratégistes interrogés par Reuters.

Le Footsie est en hausse de 4,55% depuis le début de l‘année mais le récent rebond de la livre sterling, au plus haut depuis le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l‘Union européenne le 23 juin 2016, a coiffé la progression de cet indice composé principalement de grandes firmes dont les résultats sont libellés en dollar.

Si l‘on ajoute à cela la sous-performance du secteur pétrolier, qui représente près d‘un cinquième de la capitalisation du FTSE, rien d‘étonnant à ce que la Bourse de Londres soit la lanterne rouge des places boursières européennes depuis le début de l‘année.

Le Footsie devrait terminer 2017 à 7.456 points selon la médiane des prévisions des 33 responsables de la stratégie interrogés contre un niveau de 7.467,58 points mercredi en clôture.

Sa performance sur l‘année ressortirait ainsi à 4,4%, soit près de la moitié moins que la hausse de 9% attendue pour le STOXX 600.

La médiane des prévisions à fin 2018 s‘établit à 7.630 points correspondant à une progression de 2,3% par rapport à celle estimée à fin 2017, une performance là encore inférieure à celle attendue pour le STOXX 600 qui devrait gagner 7% l‘année prochaine.

“Indépendamment de l‘avantage théorique d‘un sterling plus faible pour les résultats libellés en devises étrangères des multinationales du FTSE, l‘impact en termes réels d‘une inflation volatile et d‘un horizon bouché pour la croissance pèsera sur l‘attrait de la Grande-Bretagne auprès des investisseurs”, a dit Ken Odeluga, analyste chez City Index. (Marc Joanny pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below