4 octobre 2017 / 20:29 / il y a 19 jours

POINT MARCHÉS-Wall Street enchaîne un troisième record de clôture de suite

(Actualisé avec d‘autres actifs financiers)

* Le Dow Jones a gagné 0,09%, le S&P 500 a avancé de 0,12% et le Nasdaq Composite a progressé de 0,04%

* Troisième record de clôture de suite pour les trois indices

* L‘action Mylan s‘est envolée de 16,2%

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK, 4 octobre (Reuters) - La Bourse de New York a enregistré une hausses infime mercredi mais cela a suffi pour que ses trois principaux indices inscrivent un troisième record de clôture de suite, les investisseurs étant soulagé de voir le secrétaire d‘Etat américain Rex Tillerson assurer qu‘il n‘entendait pas démissionner.

L‘indice Dow Jones, qui est sur une série de six hausses de suite, a gagné 0,09%, soit 19,97 points, à 22.661,64. Le S&P-500, plus large, a pris 3,16 points, soit 0,12%, à 2.537,74, enchaînant une septième progression d‘affilée. Même chose pour le Nasdaq Composite, qui a avancé 2,91 points (+0,04%) à 6.534,63.

Donald Trump a dit mercredi faire “totalement confiance” à Rex Tillerson, quelques heures après que ce dernier a dû démentir avoir envisagé de démissionner cet été et ses services assurer qu‘il n‘avait jamais qualifié le président américain de “crétin” pendant une réunion.

Il y a quelques jours, le secrétaire américain à la Santé, Tom Price, mis en cause dans une affaire de déplacements en avions privés, a démissionné et un nouveau départ au sein de l‘administration Trump aurait fait craindre aux investisseurs une difficile mise en oeuvre des promesses de campagne du président américain, dont celle de baisser les impôts.

“Les acteurs de marché ont poussé un soupir de soulagement de voir Rex Tillerson rester en poste”, a dit John Brady, vice-président chez le courtier R.J. O‘Brien & Associates.

Les intervenants ont également été rassurés par certains indicateurs macro-économiques du jour, qui semblent suggérer que les ouragans Harvey et Irma n‘ont pas mis à mal tant que cela l‘économie américaine.

La croissance du secteur des services s‘est ainsi accélérée plus fortement que prévu en septembre aux Etats-Unis, son indice ayant atteint son plus haut niveau depuis août 2005, selon les résultats de l‘enquête mensuelle de l‘Institute for Supply Management (ISM) auprès des directeurs d‘achats.

Le secteur privé aux Etats-Unis a créé 135.000 emplois en septembre, un chiffre meilleur que prévu mais qui est néanmoins le plus faible depuis octobre 2016, montre l‘enquête mensuelle publiée dans la journée par ADP.

RECUL DU COMPARTIMENT ÉNERGÉTIQUE

Lundi, un autre indice de l‘ISM, celui mesurant l‘activité du secteur manufacturier, avait également constitué une bonne surprise, atteignant un niveau nettement plus élevé que prévu et un pic depuis plus de trois ans.

Et, depuis une semaine, Wall Street se réjouit du projet de réforme fiscale présenté fin septembre par Donald Trump avec, à la clef, une réduction de l‘impôt sur les sociétés et de celui appliqué aux revenus des plus riches aux Etats-Unis.

Malgré cette bonne série d‘indicateurs, qui pourraient éventuellement encourager la Réserve fédérale à relever ses taux d‘intérêt, le dollar a reculé de 0,1% face à un panier de devises internationales tandis que le prix des emprunts du Trésor à 10 ans a légèrement augmenté.

Du côté des valeurs individuelles, l‘action Mylan a pris 16,20% à 37,80 dollars, affichant de loin la plus forte hausse du S&P 500, après l‘annonce par la FDA (Food and Drug Administration) de sa décision d‘autoriser sa version générique du Copaxone, le traitement de la sclérose en plaques de Teva .

De son côté, le titre Teva côté à New York a plongé de 14,56% à 16,08 dollars.

L‘indice S&P regroupant les valeurs pharmaceutiques a de ce fait avancé de 0,45%, soit la quatrième meilleure performance sectorielle du jour, ce qui porte son avance depuis le début de l‘année à près de 20,5%, ce qui constitue la deuxième plus forte progression sur la période derrière les technologiques (+26,2%).

Le secteur énergétique a tiré la cote vers le bas avec un recul de 0,06%, sous le coup du troisième repli de suite des cours du pétrole. Il est un des rares indices sectoriels à être dans le rouge depuis le début de l‘année, avec une baisse de 8,8%.

Quelque 5,8 milliards d‘actions ont été échangées, soit moins que la moyenne de quotidienne de 6,3 milliards observée au cours des 20 dernières séances, selon des données Thomson Reuters. (Benoit Van Overstraeten pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below