4 octobre 2017 / 04:17 / il y a 20 jours

Trump défend la mobilisation fédérale à Porto Rico

(Actualisé avec Trump, nouveau bilan, montant de l‘aide §4-7, 15, 16, 20)

SAN JUAN, Porto Rico, 4 octobre (Reuters) - Donald Trump s‘est dit mardi satisfait de la gestion de l‘aide fédérale à Porto Rico, lors de sa première visite dans l‘île, où l‘absence prolongée d‘électricité et le manque d‘eau potable exaspèrent la population deux semaines après le passage de l‘ouragan Maria.

Accompagné de son épouse Melania, Le président des Etats-Unis, a notamment rencontré Carmen Yulin Cruz, la maire de San Juan, capitale de l‘île, qui lui a reproché de ne pas faire le nécessaire pour les sinistrés.

“Je suis désolé de vous le dire, mais vous avez un peu chamboulé notre budget, parce ce que nous avons dépensé beaucoup d‘argent à Porto Rico. Et c‘est tant mieux, nous avons sauvé beaucoup de vies”, a-t-il déclaré.

Quelques jours plus tôt sur Twitter, Donald Trump s‘en était vivement pris à Carmen Yulin Cruz, l‘accusant d‘avoir été chargée par les démocrates d‘être “désagréable avec Trump”. “Médiocre leadership”, a-t-il conclu.

Peu après le départ du président américain, le gouverneur Ricardo Rossello a annoncé que le bilan de l‘ouragan Maria était désormais de 34 morts, plus du double du précédent décompte.

Après avoir déposé le bilan en mai dernier, le gouvernement de l‘île risque en outre de se retrouver à court d‘argent d‘ici quelques semaines, a prévenu lundi le gouverneur.

Dans une interview à Fox News, Donald Trump a estimé mardi que la dette de près de 72 milliards de dollars de l‘île allait devoir être effacée.

“Ils doivent beaucoup d‘argent à vos amis de Wall Street et nous allons devoir effacer tout ça. Il va falloir dire au revoir à cela, je ne sais pas si c‘est Goldman Sachs, mais qui que soit, il peut faire ses adieux” à cet argent, a-t-il déclaré.

Il a en outre estimé que la lenteur de l‘aide et la relative inefficacité des secours étaient en partie dues à certains Portoricains “qui veulent que l‘on fasse tout pour eux”.

“BAD HOMBRE”

Mardi, le président a serré la main de Carmen Yulin Cruz, mais c‘est avec d‘autres membres des autorités locales, notamment le gouverneur Ricardo Rossello, qu‘il s‘est montré le plus chaleureux. “Dés le début, ce gouverneur a refusé de jouer la carte politique”, s‘est-il félicité.

L‘ouragan d‘une violence sans précédent depuis 90 ans a fait 34 morts, dont 19 directement, et des dégâts considérables sur l‘île, qui était déjà dans une situation financière difficile avant son passage.

“Seize vies, c‘est beaucoup, mais, si on compare ça aux milliers de personnes tuées par d‘autres ouragans, ce n‘est pas franchement aussi grave”, a estimé Donald Trump, en référence à un précédent bilan.

Le président a eu l‘opportunité de mesurer l‘étendue des dégâts et constater qu‘il n‘était pas partout le bienvenu. “You are a bad hombre” (Vous êtes un sale type), pouvait-on lire sur la pancarte brandie par une femme au passage de son convoi.

A bord de son avion retour vers Washington, il a cependant paru aveugle aux critiques, évoquant une “journée formidable” à Porto Rico.

“On n‘a entendu que des ‘merci’ de la part des Portoricains”, a-t-il dit. “C‘est quelque chose que j‘ai beaucoup apprécié aujourd‘hui”, a-t-il ajouté.

Dans la matinée, il avait assuré que les routes étaient dégagées et que la situation s‘améliorait pour les moyens de télécommunication.

Il a en outre réfuté les critiques concernant la mobilisation fédérale et a invité les Portoricains à se mettre au travail : “Au niveau local, ils doivent nous aider davantage. Mais je vous garantis que les premiers à réagir - l‘armée, la Fema (Agence fédérale des situations d‘urgence, ndlr) - ont fait un boulot incroyable à Porto Rico”.

Seuls 5,4% des Portoricains étaient reliés au réseau électrique lundi, selon le département américain de l‘Energie, et près de 90% des relais de téléphonie mobile étaient toujours hors service.

L‘administration Trump s‘apprête à demander mercredi au Congrès une aide totale de 29 milliards de dollars en faveur de Porto Rico, du Texas et de la Floride, sinistrés après le passage de plusieurs ouragans, a annoncé mardi un responsable de la Maison blanche.

La facture liée à la reconstruction de l‘île pourrait dépasser 30 milliards de dollars. (Roberta Rampton et Gabriel Stargardter, Jean-Philippe Lefief et Julie Carriat pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below