3 octobre 2017 / 15:04 / dans 2 mois

France-L’Etat pour le contournement autoroutier de Strasbourg

STRASBOURG, 3 octobre (Reuters) - Nicolas Hulot, dont la position sur le projet de contournement autoroutier de Strasbourg était attendue, notamment par ses détracteurs, a annoncé mardi que l’Etat ne s’opposerait pas à sa réalisation pourvu qu’elle respecte les critères environnementaux requis.

Le ministère des Transports avait fait interrompre le 20 septembre une opération de déboisement que la société Arcos, filiale du groupe Vinci et concessionnaire de la future autoroute à péage, voulait entreprendre dans le cadre des travaux préparatoires.

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, et la ministre des Transports, Elisabeth Borne, affirment dans un communiqué que « l’Etat respectera les termes du contrat relatif au contournement Ouest de Strasbourg conclu en 2016, avec le concessionnaire Arcos” tout en confirmant la suspension des travaux de déboisement.

Elle est motivée par l’avis négatif rendu par le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) sur les mesures prévues par le concessionnaire pour réduire ou compenser l’empreinte environnementale de l’infrastructure.

« L’Etat entend à la fois permettre la réalisation de ce projet attendu localement et s’assurer qu’il apporte les meilleures garanties en matière environnementale », ajoutent les deux ministres en précisant que le dossier du concessionnaire devra être « sérieusement retravaillé en ce sens, en liaison avec les services de l’Etat et les collectivités ».

Le CNPN sera conduit à se prononcer une nouvelle fois avant que le dossier environnemental soit soumis à enquête publique.

Long de 24 kilomètres et bénéficiant d’une déclaration d’utilité publique depuis 2008, le projet de “Grand contournement Ouest” (GCO) avait été abandonné en juin 2012, après l’élection de François Hollande à la présidence de la République.

Il avait été relancé l’année suivante avec une emprise réduite à deux fois deux voies contre deux fois trois précédemment.

Devenu Contournement Ouest de Strasbourg, cet investissement de 553 millions d’euros est contesté par les écologistes et les populations des communes traversées, mais soutenu par l’Eurométropole de Strasbourg, la région, le département et les milieux économiques.

Arcos espère entamer le chantier en 2018. (Gilbert Reilhac, édité par Sophie Louet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below