3 octobre 2017 / 14:44 / il y a 18 jours

LEAD 1-Créances douteuses-La BCE voudra 100% de provisions-document

(Actualisé avec des précisions)

par Stefano Bernabei

ROME, 3 octobre (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) compte demander aux banques de la zone euro d‘augmenter leurs provisions pour couvrir la totalité de leurs créances douteuses et irrécouvrables, selon un document provisoire dont Reuters a pris connaissance.

Les créances pourries des banques de la zone euro représentent une masse qui alourdit leur bilan et entrave le crédit, un mauvais point pour la BCE dans la mesure où une médiocre croissance du crédit freine les effets stimulants censés être induits par des taux d‘intérêt ultra-bas.

A partir du 1er janvier, les banques auront deux ans pour provisionner toutes leurs créances non garanties nouvellement qualifiées en catégories douteuses et irrécouvrables et sept ans pour les créances garanties et nouvellement qualifiées aussi.

Ne seront pas concernées par ces mesures les créances douteuses et irrécouvrables déjà comptabilisées, qui atteignent près du millier de milliards d‘euros, ce qui veut dire que lesdites mesures veulent prévenir toute nouvelle accumulation de ce type de créances.

Comme le marché des créances douteuses est très limité, les revendre se fait à perte, ce qui impose ultérieusement de lever des capitaux, un exercice onéreux pour des établissements dont les valorisations boursières sont faibles.

“L‘application de ce dispositif ne doit pas se traduire par des mouvements soudains mais elle doit se faire pour les banques de manière progressive, du moment de la qualifcation en créance douteuse à celui où un provisionnement intégral est anticipable”, lit-on dans le document.

La BCE s‘est abstenu de tout commentaire sur ce document daté du 1er septembre.

Le taux de couverture des créances douteuses était de 45% en moyenne au premier trimestre dans le secteur bancaire de la zone euro. La Grèce, l‘Italie et Chypre détiennent la plus grande partie de ces créances, ce qui en fait les pays les plus exposés à la nouvelle initiative de la BCE.

Ces créances représentaient 263 milliards d‘euros dans le secteur bancaire italien à la fin du premier trimestre, avec un taux de couverture de 48,5%, et 101,8 milliards d‘euros en Grèce, soit la moitié de l‘encours total de créances.

Si les nouvelles directives ne sont pas contraignantes, on attend toutefois des banques qu‘elles expliquent les écarts et qu‘elles informent les régulateurs de leur situation de ce point de vue.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below