3 octobre 2017 / 08:48 / dans 12 heures

GB/Indicateurs-La croissance des salaires supérieure aux prévisions

LONDRES, 18 octobre (Reuters) - Les principaux indicateurs macroéconomiques britanniques publiés depuis le début du mois:

* NOUVELLE BAISSE DU CHÔMAGE, MODESTE HAUSSE DES SALAIRES

18 octobre - La croissance des salaires sur les trois mois à fin août a dépassé les prévisions mais elle ne parvient toujours pas à s‘aligner sur l‘inflation, malgré un taux de chômage à un creux de 42 ans, montrent les statistiques publiées mercredi.

Le taux de chômage entre juin et août est ressorti à 4,3%, son plus bas niveau depuis 1975, et cela constitue l‘une des raisons pour lesquelles la Banque d‘Angleterre (BoE) estime que les salaires devraient bientôt augmenter.

La banque centrale britannique, qui devrait relever le 2 novembre son taux d‘intervention à 0,50%, considère qu‘un taux de chômage inférieur à 4,5% entraîne des pressions inflationnistes et que le Brexit devrait également renforcer la hausse des prix.

L‘Office national de la statistique(ONS) a dit que les salaires, primes comprises, avaient progressé de 2,2% sur un an durant une période de trois mois à fin août, une croissance identique à celle des trois mois à fin juillet, qui a été légèrement révisée à la hausse. Le consensus Reuters donnait une hausse de 2,1% durant la période sous revue.

Hors primes, les salaires ont augmenté de 2,1% sur un an, ce qui est légèrement supérieur à la hausse de 2,0% anticipée par les économistes.

Les salaires ne parviennent pas à s‘aligner sur une inflation qui a atteint en septembre son plus haut niveau depuis plus de cinq ans, à 3%.

Sur le seul mois d‘août, les salaires totaux ont accéléré à 2,2% de croissance après un ralentissement en juillet de 1,7%.

Par ailleurs, le nombre de demandeurs d‘emploi a augmenté de 1.700 en septembre, à 804.000, soit plus que le consensus Reuters qui donnait 1.0000.

Tableau de la statistique

* L‘INFLATION À 3% EN SEPTEMBRE, UN PIC DEPUIS AVRIL 2012

17 octobre - Le taux d‘inflation a atteint 3,0% en septembre au Royaume-Uni, son niveau le plus élevé depuis avril 2012, selon les chiffres publiés mardi par l‘Office national de la statistique (ONS).

La statistique, conforme aux attentes des économistes, conforte le scénario d‘une prochaine hausse de taux comme l‘a laissé entendre la Banque d‘Angleterre le mois dernier.

Par rapport à août, les prix à la consommation ont augmenté de 0,3%. Hors énergie, alimentation, alcools et tabac, l‘indice annuel est ressorti à 2,7%, comme prévu par les économistes.

“Les prix alimentaires et dans les transports ont contribué à faire monter l‘inflation en septembre. Ces effets ont été en partie compensés par les prix dans l‘habillement qui ont augmenté moins fortement qu‘à la même période de l‘an dernier”, a dit Mike Prestwood, statisticien à l‘ONS.

La hausse de l‘inflation, due largement à la chute de la livre depuis le vote en faveur du Brexit en juin 2016, entraîne une augmentation des prix à l‘importation, dans l‘alimentation surtout, pesant ainsi sur le pouvoir d‘achat des ménages puisque la croissance des salaires ne suit pas.

Lundi, le géant de l‘ameublement Ikea a annoncé qu‘il augmentait ses prix de 3% en Grande-Bretagne pour compenser la baisse du sterling.

L‘inflation mesurée par les prix producteurs a quant à elle décéléré à 3,3% contre 3,4% en août.

Tableau des prix à la consommation

Tableau des prix producteurs

* DÉFICIT MARCHAND DE £14,425 MDS EN AOÛT

10 octobre - Le déficit marchand du Royaume-Uni s‘est creusé en août, pour atteindre un montant record de 14,245 milliards de livres de sterling (15,93 milliards d‘euros), en raison de la hausse des importations de produits chimiques, de machines et de textiles, a annoncé mardi l‘Office national de la statistique.

Il avait été de 12,829 milliards de livres en juillet (chiffre révisé) et les économistes interrogés par Reuters l‘attendaient à 11,20 milliards en août.

En incluant les services, le déficit commercial britannique s‘est élevé à 5,626 milliards de livres en août contre 4,236 milliards un mois plus tôt.

Les exportations de biens ont augmenté de 0,7% en août tandis que les importations ont bondi de 4,2%, la hausse la plus importante depuis mars.

Sur la période juin-août, les exportations de biens ont reculé de 3,2% et les importations ont progressé de 3,1% par rapport aux trois mois précédents.

Tableau de la statistique

* HAUSSE DE 0,4% DE LA PRODUCTION MANUFACTURIÈRE EN AOÛT

10 octobre- La production manufacturière a augmenté plus que prévu en août, au même rythme soutenu qu‘en juillet, ce qui conforte le scénario d‘une hausse prochaine des taux d‘intérêt en Grande-Bretagne.

Les chiffres montrent que la croissance britannique devrait avoir marqué le pas au troisième trimestre après avoir enregistré sur les six premiers mois de l‘année sa plus faible performance pour un premier semestre depuis 2012.

La Banque d‘Angleterre (BoE) a déclaré le mois dernier qu‘elle relèverait probablement ses taux d‘intérêt dans les prochains mois pour la première fois depuis une décennie.

La plupart des économistes estiment que la BoE annoncera un resserrement de sa politique monétaire le 2 novembre, à l‘issue de sa prochaine réunion.

La production manufacturière a progressé de 0,4% en août, après une hausse identique en juillet, montrent les données publiées mardi par l‘Office national de la statistique (ONS).

Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une hausse de 0,2%.

La croissance de la production industrielle dans son ensemble, qui représente 14% de l‘économie britannique, a légèrement ralenti à 0,2% en août, conformément au consensus, après +0,3% en juillet.

Les chiffres pour le secteur des services seront publiés le 25 octobre, en même temps que l‘estimation préliminaire de la croissance pour le troisième trimestre.

Sur les trois mois à août, la production manufacturière a augmenté de 0,7%, sa plus forte croissance depuis février, et la production industrielle de 0,9%.

Tableau

* L‘ACTIVITÉ DANS LA CONSTRUCTION A CHUTÉ EN SEPTEMBRE-PMI

3 octobre - Les sociétés britanniques du secteur du BTP ont subi en septembre le plus fort recul de leur activité depuis 14 mois, les nouveaux projets ayant chuté en raison d‘inquiétudes sur les perspectives économiques et les taux d‘intérêt, montre mardi l‘enquête d‘IHS Markit auprès des directeurs d‘achat.

L‘indice IHS Markit/Cips a reculé à 48,1 contre 51,1 en août alors que les économistes l‘attendaient en moyenne à 51,0.

Il passe ainsi sous la barre de 50 qui fait la frontière entre contraction et expansion de l‘activité et tombe à son plus bas niveau depuis juillet 2016, mois qui avait suivi le référendum sur l‘appartenance à l‘Union européenne.

“Un manque de nouvelles commandes pour remplacer des projets achevés commence à peser lourdement sur le secteur de la construction”, a déclaré Tim Moore, auteur de l‘enquête.

Le secteur de la production, qui représente 6% de l‘économie britannique, a vu sa production baisser de 0,5% au deuxième trimestre par rapport aux trimestre précédent.

Les indicateurs publiés en septembre (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below