28 septembre 2017 / 19:29 / dans 2 mois

May juge disproportionné le retrait de licence à Uber à Londres

LONDRES, 28 septembre (Reuters) - Theresa May juge disproportionnée la décision de retirer sa licence à la société de VTC Uber à Londres et estime que cela met en péril des dizaines de milliers d‘emplois.

“D‘un trait de crayon, ce que le maire a fait c‘est mettre en danger 40.000 emplois et bien sûr causer du tort aux 3,5 millions d‘utilisateurs d‘Uber”, déclare la Première ministre britannique dans un entretien à la BBC diffusé jeudi.

L‘autorité des transports de Londres (TfL) a retiré vendredi dernier la licence d‘Uber, qui a annoncé son intention de faire appel. La décision de la TfL, motivée par des considérations de sécurité publique et approuvée par le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, est censée entrer en vigueur le 1er octobre. Uber a trois semaines pour faire appel.

“J‘estime qu‘une interdiction générale est disproportionnée”, ajoute Theresa May dans l‘entretien.

“Oui, il y a des inquiétudes pour la sécurité et Uber doit remédier à certaines questions, mais ce que je souhaite voir, c‘est un terrain d‘égalité entre les entreprises privées et nos merveilleux taxis londoniens, nos taxis noirs, notre grande institution nationale”, dit-elle.

Les syndicats, des parlementaires et les conducteurs de taxis traditionnels à Londres dénoncent les conditions de travail des chauffeurs d‘Uber. (Rédaction de Londres, Eric Faye pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below