28 septembre 2017 / 10:23 / il y a 2 mois

BOURSE-Envolée des banques grecques, le FMI renonce à réclamer une AQR

ATHENES, 28 septembre (Reuters) - Les valeurs bancaires grecques sont en forte hausse jeudi à la Bourse d‘Athènes, les investisseurs saluant la décision du Fonds monétaire international (FMI) de renoncer à exiger une nouvelle revue de la qualité des actifs du secteur, qui aurait pu conduire à de nouvelles recapitalisations.

L‘indice local des banques gagne 9,97% à 10h15 GMT et parmi les principales banques du pays, la Banque du Pirée prend 14,29%, Alpha Bank 10,19% et Eurobank 7,36%.

L‘indice général de la Bourse d‘Athènes avance quant à lui de 2,29%.

“On assiste à un rally de soulagement qui s‘appuie sur ce qui ressemble à l‘éclaircissement d‘un contexte jusqu‘alors trouble”, explique Nick Koskoletos, analyste d‘Eurobank Securities.

Le secteur bancaire grec avait chuté de plus de 30% depuis la mi-août après la demande du FMI d‘une revue de la qualité des actifs (asset quality review, AQR) des établissements de crédit. Une telle procédure pourrait en effet obliger certaines banques à augmenter leurs fonds propres, au risque de diluer leurs actionnaires.

Mais Poul Thomsen, le directeur du département Europe du FMI, a annoncé jeudi que l‘organisation de Washington renonçait à cette exigence.

“Pour ce qui concerne le système bancaire grec, permettez moi de souligner que nous n‘avons absolument aucune inquiétude pour la stabilité financière en Grèce”, a-t-il déclaré dans un communiqué. “Le problème, c‘est que nous avons besoin d‘être certains qu‘il existe une stratégie permettant de traiter le niveau exceptionnellement élevé des prêts non-performants sur le moyen terme.”

Les banques grecques ont été recapitalisées à trois reprises depuis l‘éclatement de la crise de la dette en 2010 mais elles restent handicapées par des créances douteuses qui dépassent 100 milliards d‘euros.

Le FMI a estimé qu‘en dépit de ces renflouements d‘un montant global de 43 milliards d‘euros, elles pourraient encore avoir besoin de 10 milliards de capitaux frais pour couvrir les risques résiduels.

Les quatre premières banques du pays (Banque du Pirée, National, Eurobank et Alpha) doivent faire partie l‘an prochain des établissements de crédit soumis aux tests de résistance de la Banque centrale européenne (BCE).

Cette dernière a évoqué cette semaine la possibilité d‘avancer ces tests pour les banques grecques afin de faciliter la sortie de la Grèce du plan d‘aide international, prévue en août. La BCE a en revanche fermement rejeté la demande de revue de la qualité des actifs du FMI. (George Georgiopoulos, Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below