27 septembre 2017 / 10:03 / il y a un mois

BOURSE-Alstom grimpe encore avec les détails de son projet de fusion (actualisé)

(Actualisé avec précisions sur l‘opération et commentaires d‘analystes)

par Blandine Henault

PARIS, 27 septembre (Reuters) - Alstom bondit en Bourse mercredi après l‘officialisation de son projet de fusion avec la branche ferroviaire de l‘allemand Siemens, une opération jugée globalement stratégique et favorable aux actionnaires des deux groupes.

A midi, l‘action Alstom grimpe de 5,45% à 35,475 euros, dans des volumes étoffés représentant 4,5 fois la moyenne journalière des échanges sur la valeur ces trois derniers mois. Elle avait déjà pris plus de 10% depuis vendredi dernier.

Bouygues, principal actionnaire d‘Alstom, gagne 2,48% à 40,13 euros, en tête du CAC 40 (+0,2%), alors qu‘il engrangera 8 euros par action de dividendes exceptionnels à la faveur de l‘opération et que le titre Alstom franchit la barre des 35 euros, seuil au-dessous duquel le groupe a toujours dit qu‘il ne céderait pas sa participation.

Alstom et Siemens ont officialisé mardi soir la fusion du groupe français de transport avec la branche ferroviaire du conglomérat industriel allemand (Siemens Mobility) afin de rivaliser avec le champion chinois du rail CRRC. Le mariage se traduit par une prise de contrôle d‘Alstom par Siemens, qui détiendra 50% du capital du futur groupe ferroviaire Siemens Alstom.

A Francfort, le titre Siemens avance de 1,72% à 118,55 euros.

DES SYNERGIES PLUS IMPORTANTES QUE PRÉVU

“A première vue, l‘accord avec Alstom est un peu moins défavorable que prévu aux actionnaires de Siemens”, indiquent dans une note les analystes de Helvea Baader.

Le projet de créer un champion européen du rail est une “opération stratégique” dans un contexte de concurrence accrue depuis les dix dernières années, ajoutent-ils.

“L‘opération devrait être bien reçue, la surprise positive étant l‘objectif de synergies qui est bien supérieur à ce que le marché attendait”, observent pour leur part les analystes de Morgan Stanley.

Alstom et Siemens prévoient des synergies annuelles de 470 millions d‘euros au plus tard quatre ans après la réalisation de la fusion.

Lors d‘une conférence mercredi, le PDG de Siemens a précisé que les synergies les plus importantes proviendraient du développement en commun de produits et d‘offres conjointes.

Les analystes de Deutsche Bank se montrent toutefois plus prudents sur l‘objectif de synergies, qu‘ils jugent “trop ambitieux”.

“Les responsables politiques vont probablement essayer de garantir une forme de protection de l‘emploi en France (28% des effectifs d‘Alstom) et en Allemagne (39% des effectifs de Siemens), ce qui rend difficile la réalisation de synergies de coûts”, estiment-ils.

UNE VALORISATION FAVORABLE POUR ALSTOM

Pour Oddo BHF, le rapprochement avec Siemens Mobility est “très intéressant” pour les actionnaires d‘Alstom car il “implique une valorisation favorable relative pour le groupe français, supérieure d‘environ 1,8 milliard d‘euros aux apports de Siemens au final”, détaillent les analystes.

Autre point positif de l‘opération pour Morgan Stanley : l‘annonce du versement de dividendes spéciaux pour les actionnaires d‘Alstom.

Le futur groupe prévoit de verser une prime de contrôle de quatre euros par action et un dividende exceptionnel d‘un maximum de quatre euros par action aux actionnaires actuels d‘Alstom.

Pour Bouygues, détenteur de 28,2% du capital d‘Alstom - une part qui sera diluée de moitié dans le futur ensemble -, l‘opération sera ainsi une aubaine.

Le groupe de BTP, de médias et de télécoms s‘est engagé mardi soir à conserver tous ses titres jusqu‘à l‘assemblée générale extraordinaire d‘Alstom qui se tiendra au plus tard le 31 juillet 2018.

La direction d‘Alstom s‘est par ailleurs montrée confiante mercredi dans sa capacité à s‘entendre avec la Commission européenne pour résoudre les questions de concurrence découlant de son projet de fusion.

D‘après les analystes de Deutsche Bank, l‘autorité européenne de la concurrence pourrait demander des cessions d‘actifs dans les activités de signalisation au Royaume-Uni et sur le marché du matériel roulant en Allemagne (trains régionaux et véhicules ferroviaires légers).

L‘opération devrait, selon eux, recevoir le feu vert de la Commission et sa finalisation intervenir d‘ici la fin de 2018, comme prévu par Alstom et Siemens. (Edité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below