26 septembre 2017 / 23:42 / il y a un mois

USA-La SEC face aux interrogations du Sénat après un piratage

WASHINGTON, 27 septembre (Reuters) - Le président de la Securities and Exchange Commission (SEC) a dit mardi à des parlementaires américains ne pas croire que celle qui l‘a précédé à ce poste était au courant du piratage informatique subi en 2016 par le “gendarme” de Wall Street, dont la date exacte ne peut être connue “avec certitude”.

L‘audition de Jay Clayton par la commission bancaire du Sénat américain était prévue de longue date mais elle a pris une autre dimension depuis que la SEC a révélé mercredi dernier que son système de transmission des avis financiers publiés par les entreprises avait été piraté l‘an dernier.

Jay Clayton, arrivé à son poste en mai, a déclaré avoir pris la décision de révéler ce piratage dès lors qu‘il disposait de suffisamment d‘éléments pour juger qu‘il s‘agissait d‘un incident “grave”. Il a en revanche refusé d‘alimenter le débat sur ce que les différents responsables de la SEC savaient et à quel moment et sur une éventuelle volonté de dissimulation des faits.

“Je n‘ai aucunement la conviction en étant assis là que la présidente (Mary Jo) White savait”, a-t-il dit. “Je ne pense pas que nous puissions connaître avec certitude” la date exacte du piratage.

Jay Clayton a déclaré n‘avoir eu connaissance de cette faille informatique qu‘en août dernier. Il a ajouté que des enquêtes internes avaient été ouvertes.

Ce piratage de système informatique EDGAR, par lequel les entreprises cotées en Bourse transmettent notamment leurs résultats financiers à la SEC, fait craindre que les “hackers” aient pu dérober des données et s‘en servir pour des délits d‘initiés. Il fragilise la crédibilité de la SEC, qui a pourtant fait de la sécurité informatique l‘une de ses priorités.

Jay Clayton a dit qu‘aucune donnée personnellement identifiable ne semblait avoir été exposée lors de cet incident mais il a refusé d‘entrer dans les détails.

La SEC est encore en train de déterminer l‘ampleur et l‘impact de ce piratage mais cette analyse pourrait nécessiter un “temps important” étant donné la masse de données à consulter, a-t-il ajouté. (Michelle Price et Pete Schroeder; Bertrand Boucey pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below