26 septembre 2017 / 12:43 / dans 3 mois

Le possible rapprochement Alstom-Siemens inquiète en France

* Les conséquences pour l‘emploi inquiètent les politiques

* “Le TGV va-t-il devenir allemand ?” demande Eric Woerth

* Pour Mélenchon, “la France se vide de son sang”

* Macron lui-même avait des doutes en 2015

PARIS, 26 septembre (Reuters) - La perspective d‘une alliance entre Alstom et Siemens suscite des inquiétudes en France où, à droite comme à gauche, on dit craindre un déséquilibre au profit du groupe allemand et des conséquences néfastes pour l‘emploi.

Plus généralement, cette possible fusion dans le secteur ferroviaire, qui doit être officiellement annoncée mardi ou mercredi, rallume le débat sur l‘avenir de l‘industrie française et la survie de ses fleurons historiques.

“Est-ce aujourd‘hui la fin d‘Alstom ? Le TGV va-t-il devenir allemand? Pourquoi le gouvernement accepte-t-il un tel déséquilibre ?”, s‘interroge sur Twitter le député Les Républicains (LR) Eric Woerth, qui fut ministre du Budget sous Nicolas Sarkozy.

Christian Estrosi approuve pour sa part l‘idée de bâtir un géant européen du ferroviaire pour résister à la concurrence du champion chinois CRRC, qui s‘est lancé dans une offensive mondiale pour rafler des parts de marché, mais à condition que l’“égalité” soit assurée entre le français et l‘allemand.

“Il semblerait que toutes ces conditions pour l‘instant ne soient pas réunies”, a déploré le maire LR de Nice sur franceinfo. “Voilà pourquoi j‘invite le gouvernement français à être extrêmement ferme dans ces négociations.”

Les responsables politiques citent la question sociale au premier rang de leurs préoccupations même si, de source proche du dossier, on précise que l‘accord pourrait inclure une clause sur le maintien de l‘emploi pour une durée de quatre ans.

“Je dis que quatre ans, ce n‘est pas suffisant et que la durée doit être beaucoup plus longue”, a estimé Christian Estrosi sur franceinfo.

“VENTE DE LA FRANCE PAR APPARTEMENTS”

“Si jamais le mariage entre Alstom et Siemens se faisait de manière déséquilibré, il y a un risque que les engagements pris par Alstom ne soient pas forcément tenus, notamment sur la production en France” de trains et de RER commandés pour le réseau francilien, a dit la présidente de région, Valérie Pécresse (LR), sur CNEWS.

Plus alarmiste, le député Daniel Fasquelle juge qu‘un rapprochement Alstom-Siemens pourrait entraîner une disparition pure et simple des activités d‘Alstom dans les transports.

“On aura une entreprise française majeure, un leader mondial, qui aura été en réalité dépecée avec la complicité, parfois même le soutien (d‘Emmanuel Macron)”, a déclaré à Reuters cet ex-sarkozyste, aujourd‘hui candidat à la présidence des Républicains.

Dans un autre registre mais sur le même thème, Jean-Luc Mélenchon a fustigé samedi ce qu‘il qualifié de “vente de la France par appartements” en référence à deux dossiers qui ont provoqué les mêmes remous ces dernières années, les ventes des chantiers navals STX et des activités d‘Alstom dans l‘énergie.

“Et maintenant, les voilà qui ont décidé aussi de donner le TGV à Siemens, si bien que la France se vide de son sang, de sa capacité industrielle et de sa richesse intellectuelle”, a-t-il déclaré lors de son rassemblement contre la réforme du Code du travail.

Nicolas Bay, secrétaire général du Front national, a exhorté le gouvernement à “être offensif pour préserver les intérêts, le savoir-faire et les technologies d’Alstom” dans une tribune publiée sur le site de Valeurs actuelles.

INQUIÉTUDE SYNDICALE

Côté syndical, l‘inquiétude est aussi palpable.

Claude Mandart, délégué CFE-CGC chez Alstom, a estimé sur franceinfo que le rapprochement n‘avait rien d‘un “mariage”.

”C‘est purement une vente d‘Alstom à Siemens“, a-t-il dit. (Siemens) va devenir l‘actionnaire de référence. En gros c‘est lui qui aura les clés des cordons de la bourse. A partir du moment où on a les cordons de la bourse, on décide de la stratégie.”

Pour Nicolas Dupont-Aignan, candidat souverainiste à la présidence en 2017, sur RMC, “c‘est insupportable de voir un président de la République qui ne défend pas l‘industrie française”.

En 2015, Emmanuel Macron, alors ministre de l‘Economie, avait lui aussi fait part de ses doutes lorsqu‘une telle opération avait été envisagée une première fois.

“De fait, un partenariat Alstom-Siemens ne faisait qu’additionner les difficultés (...) en surconcentrant les problèmes au plan européen”, avait-il dit lors d‘une audition à l‘Assemblée. “De plus, l’impact social d’un tel rapprochement aurait été critique avec un grand nombre de suppressions d’emploi à la clé. Enfin, les cultures d’entreprises de ces deux concurrents – cette dimension psychologique a son importance – étaient fondées sur un fort antagonisme.” (Simon Carraud, Emile Picy, Danielle Rouquié et Benjamin Mallet, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below