26 septembre 2017 / 11:58 / dans 3 mois

France-Une nouvelle soufflerie pour l’avion du futur

TOULOUSE, 26 septembre (Reuters) - L‘Institut supérieur de l‘aéronautique et de l‘espace (Isae-Supaéro), a inauguré mardi sa nouvelle soufflerie aéroacoustique pour étudier les nouvelles formes d‘avions de demain, plus économes et moins bruyants.

Grâce à ses spécificités techniques, notamment une vitesse de 80 mètres par seconde, soit les conditions que rencontrent les avions de transport civils dans la phase d‘approche, cette soufflerie, d’une surface de 1.700 m2, doit contribuer à définir et valider la pertinence de nouvelles configurations d’aéronefs.

Cette installation, d’un investissement total de 9 millions d’euros, permettra en particulier de travailler sur la réduction du bruit pendant la phase d’approche, avant l’atterrissage, où la cellule (ailes, volets, trains d’atterrissage…) fait plus de bruit que les moteurs.

“Développer de nouveaux aéronefs avec de nouveaux enjeux, qu’ils soient liés aux nuisances sonores ou à l’environnement, demande des moyens de calculs ambitieux, dont cette soufflerie fait partie”, a déclaré mardi Patrick Fabiani, directeur de recherche et des ressources pédagogiques à l’Isae-Supaéro, qui compte 400 chercheurs et 1.800 étudiants, dont 200 doctorants.

“Nous allons ainsi pouvoir travailler sur l’optimisation et l’architecture des aéronefs, en matière d’efficacité énergétique et de nuisances sonores”, a-t-il ajouté.

Ce nouveau moyen d’essai a été dévoilé moins d‘un an après l‘inauguration du nouveau campus de Toulouse, entièrement réaménagé et redéployé à l‘issue d‘un chantier de plusieurs années, ce qui fait de l‘Isae-Supaéro la plus performante des universités européennes pour étudier les futurs aéronefs.

La soufflerie permettra des collaborations avec des partenaires de la recherche au niveau local, national et international, entre acteurs académiques et industriels.

Les essais porteront principalement sur la réduction de la traînée aérodynamique et des émissions sonores dans le cadre de la conception d‘avions plus silencieux et plus propres.

“L‘optimum est prêt d‘être atteint dans les formes actuelles des avions”, a assuré Laurent Joly, directeur du département aérodynamique, énergétique et propulsion de l’Isae, précisant que “pour réduire le niveau sonore de 60 %, il faudra imaginer des concepts de rupture afin de concevoir une nouvelle architecture d‘avion”.

Ces essais s‘inscrivent dans les objectifs de réduction des émissions de CO2 et de bruit perçu (moins 50% à l’horizon 2020) liés aux défis des visions 2020 et 2050 définis par le Conseil pour la recherche aéronautique civile (Corac).

Un des objectifs de l‘Union européenne est de réduire à l’horizon 2050 de 65% les émissions sonores par rapport à 2000. (Julie Rimbert, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below