25 septembre 2017 / 12:06 / dans 3 mois

LEAD 1-Total veut maintenir ses efforts de réduction de coûts

* $5 mds d‘économies visées en 2020 par rapport à 2014

* Perspectives de synergies avec Maersk Oil confirmées

* Nouvelles prévisions de production pour 2020-2022

* Dividende en cash couvert par le cash-flow à $50/baril en 2019 (Actualisé avec détails et contexte)

par Benjamin Mallet

PARIS, 25 septembre (Reuters) - Total a annoncé lundi son intention de maintenir ses efforts en matière d‘économies dans un contexte de prix du brut incertain, le groupe souhaitant à nouveau payer intégralement son dividende en numéraire.

La compagnie pétrolière française a précisé dans une présentation diffusée à l‘occasion d‘une journée investisseurs qu‘elle visait désormais des réductions de coûts de 5 milliards de dollars à fin 2020, et a confirmé son objectif de 4 milliards en 2018 (en cumulé par rapport à 2014).

Ses perspectives intègrent des synergies supérieures à 400 millions de dollars par an avec Maersk Oil - dont 200 millions sur les coûts -, notamment en mer du Nord, le rachat de la société étant prévu début 2018.

Le programme d‘économies doit permettre à Total d‘atteindre un coût de production inférieur à 5,5 dollars par baril équivalent pétrole (bep) cette année.

En matière de dividende, le groupe confirme son intention de mettre fin à la décote du paiement en actions après le rachat de Maersk Oil et ambitionne de couvrir un versement en numéraire par son flux de trésorerie libre à 50 dollars par baril en 2019.

Total a aussi fait savoir que la sensibilité de ses activités dans l‘amont au prix du Brent augmenterait à plus de 3 milliards de dollars pour 10 dollars de variation en 2019 (contre 2,5 milliards prévus pour 2017).

“D‘un côté nous abaissons le point mort, de l‘autre nous augmentons la sensibilité au pétrole. Le groupe est donc en très bonne position pour bénéficier de toute reprise des prix et pour générer des flux de trésorerie plus élevés dans les années à venir”, a déclaré aux analystes son PDG Patrick Pouyanné.

Les investissements organiques du groupe - hors acquisition de ressources - devraient s‘établir à quelque 14 milliards de dollars cette année et à un niveau compris entre 13 et 15 milliards par an sur la période 2018-2020.

Total continue en outre de viser une croissance moyenne de sa production de 5% par an sur la période 2014-2020, un rythme qu‘il compte cependant maintenir jusqu‘en 2022 avec Maersk Oil.

Pour sa nouvelle branche Gaz, électricité et renouvelables, le groupe prévoit à l‘horizon 2022 une génération de trésorerie libre de 500 millions de dollars et cinq gigawatts de capacités de production.

Evoquant un objectif de plus de trois millions de clients dans le gaz et l‘électricité, à un horizon non précisé, Patrick Pouyanné a confirmé que Total se lancerait bientôt sur le marché du gaz et de l‘électricité en France et que le groupe adopterait un modèle de développement numérique à bas coûts.

A 14h, l‘action Total est quasi inchangé (-0,04% à 45,3 euros) et surperforme l‘indice CAC 40 (-0,27%).

La présentation :

bit.ly/2yBIh8D (Edité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below