25 septembre 2017 / 09:45 / dans 22 jours

MARCHÉS ÉMERGENTS-Optimisme prudent sur la dette et les actions-Fidelity

* Les voyants au vert sur les actifs émergents-Fidelity

* Des rendements et des valorisations attractifs

* Ces marchés restent volatils et les risques persistent

PARIS, 25 septembre (Reuters) - Les planètes sont bien alignées sur les marchés de taux et d‘actions des économies émergentes mais les risques demeurent, pointent les experts de Fidelity International, qui invitent les investisseurs à un optimisme mesuré sur ces deux classes d‘actifs.

La dette émergente reste intéressante parce qu‘elle offre encore des rendements relativement élevés, contrairement à celle des pays développés, et des opportunités existent également sur les actions dont les valorisations demeurent attractives, ont fait valoir lundi des spécialistes du gérant d‘actifs lors d‘une table ronde à Paris.

“L‘accélération de la croissance, les politiques très accommodantes des banques centrales et le faible niveau du dollar font que la plupart des voyants sont au vert et les performances suivent”, a dit Oli Shakir-Khalil, directeur des investissements en dette émergente chez Fidelity.

Le retournement de l‘un de ces facteurs, à savoir un ralentissement de la croissance, un resserrement monétaire ou un bond du billet vert, risquerait toutefois d‘avoir un impact négatif immédiat, ajoute-t-il.

En ce qui concerne la croissance, il faut également s‘inquiéter de ses supports, notamment en Chine, où elle repose essentiellement sur un endettement qui atteint des niveaux intenables à terme, poursuit-il.

Parmi les éléments positifs, Oli Shakir-Khalil a évoqué l‘apaisement sur le front des cours des ressources de base et des pressions inflationnistes revues à la baisse avec un effet positif sur les taux d‘intérêt.

LA DEMANDE INTÉRIEURE GRIMPE

Même optimisme prudent du côté des actions, a avancé Rebecca McVittie, responsable des investissements en actions émergentes chez Fidelity.

“La situation en termes de valorisation reste très intéressante sur les marchés émergents avec une décote de 25% par rapport aux marchés développés”, a-t-elle dit.

La croissance des économies émergentes s‘appuie en outre de plus en plus sur la demande intérieure en matière de consommation, notamment en Chine mais également dans des pays comme l‘Inde et le Nigeria, ce qui rend attrayants des secteurs comme internet, l‘assurance, la santé et les services en général, a-t-elle ajouté.

Des compartiments comme les banques, l‘industrie lourde et l‘énergie présentent en revanche davantage de risques et donc moins d‘intérêt pour les investisseurs.

Les deux spécialistes jugent excessives les craintes liées à un ralentissement brutal de la croissance en Chine, faisant valoir que cette dernière prend des mesures pour réformer son économie qui vont, selon eux, dans le bon sens.

Ils tempèrent également les risques liés aux tensions géopolitiques, notamment sur le dossier nord-coréen, notant que les marchés y réagissent modérément.

Les marchés émergents restent toutefois volatils et des risques politiques existent dans certains pays, explique Oli Shakir-Khalil, qui cite notamment le Brésil, le Mexique, la Turquie et l‘Afrique du Sud.

“Nous ne voyons cependant pas de risque de contagion à l‘ensemble des marchés émergents, ce qui est nouveau”, conclut-il.

Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below