8 septembre 2017 / 10:15 / il y a 16 jours

SYNTHESE-BCE-Large accord entre les gouverneurs sur la réduction du QE-sces

* Un large consensus souhaité pour la prochaine étape

* Les rachats mensuels pourraient être ramenés à €20-40 mds

* L‘euro et les rendements à la hausse (intègre déclarations de Weidmann, Liikanen)

FRANCFORT, 8 septembre (Reuters) - Les responsables de la Banque centrale européenne (BCE) ont dégagé un large consensus lors de leur réunion de jeudi pour faire du ralentissement des achats d‘actifs la prochaine étape de leur politique monétaire et ont débattu de quatre options dans cette perspective, ont dit deux sources directement au fait des discussions.

Les options débattues comprennent sans s‘y limiter une réduction des achats mensuels à 40 milliards ou à 20 milliards d‘euros et leur prolongement pendant six ou neuf mois, ont dit les sources qui ont requis l‘anonymat.

Philip Lane, membre du Conseil des gouverneurs de la BCE, a évoqué vendredi la possibilité d‘avoir recours à nouveau cycle d‘opérations ciblées de refinancement à très long terme (TLTRO).

”Il y a d‘autres mesures qui ne sont pas actives actuellement et qui, en toute logique, font partie de ce qui peut être fait, commes des versions des TLTRO“, a-t-il déclaré à Dublin, tout en affirmant que la position accommodante de la banque centrale serait maintenue jusqu‘à ce qu‘elle ait ”des preuves que l‘inflation s‘oriente durablement vers son objectif d‘une inflation inférieure à mais proche de 2% en rythme annuel.

Toute décision devra faire l‘objet d‘un large consensus, ont ajouté les sources, ce qui laisse penser que les gouverneurs sont soucieux d‘éviter une répétition des dissensions publiques qui ont pu se manifester après certaines décisions prises par le passé, lorsque des gouverneurs de banques centrales nationales voire des membres du directoire en avaient ouvertement critiqué certaines.

Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, qui a multiplié les appels en faveur d‘une sortie de l‘assouplissement quantitatif, s‘est voulu plus conciliant vendredi.

“La hausse de l‘inflation est lente et l‘incertitude sur la trajectoire à venir de l‘inflation est assez élevée”, a-t-il déclaré.

“Pour cette raison, le conseil des gouverneurs a décidé d‘attendre et de prendre son temps pour évaluer la situation de la politique monétaire.”

Il a toutefois prévenu que la BCE devrait prendre garde à ne pas rater le bon moment pour normaliser.

La BCE s‘est refusée à tout commentaire.

PLAFONDS DE DÉTENTION

L‘euro, qui réduisait jusqu‘alors ses gains face au dollar, est reparti de l‘avant en réaction aux informations de Reuters, pour repasser brièvement le seuil de 1,2060 dollar.

Sur le marché obligataire, les rendements des emprunts d‘Etat de la zone euro s‘orientaient parallèlement à la hausse, à plus de 0,31% pour le dix ans allemand, qui était tombé en début de séance sous le seuil de 0,3%.

Son équivalent français est remonté à 0,62% contre 0,605% environ quelques minutes avant.

Tout en s‘inquiétant des effets de l‘appréciation de l‘euro sur les perspectives de remontée de l‘inflation, la BCE a annoncé jeudi qu‘elle prendrait en octobre l‘essentiel de ses décisions sur les suites à réserver à son programme d‘achats massifs d‘actifs portant sur 60 milliards d‘euros par mois jusqu‘à la fin décembre.

Si les discussions ont porté sur des montants d‘achats mensuels spécifiques et les options de prolongement, elles ont surtout concerné l‘enveloppe globale des achats.

Cela inclut la question des réinvestissements du produit des obligations arrivées à échéance, qui va progressivement augmenter pour atteindre 15 milliards d‘euros par mois dans le courant de l‘année prochaine, ont dit les sources.

Les responsables de la BCE se sont aussi accordés pour ne pas relever les taux directeurs avant la fin des achats d‘actifs, ont dit les sources, ce qui signifie par déduction qu‘un éventuel prolongement du programme retardera d‘autant la première hausse des taux.

Les sources ont ajouté que le plafond de détention sur les titres, qui limite les achats cumulés de la BCE au tiers de l‘encours de chaque émetteur souverain, n‘est pas à l‘ordre du jour alors que le programme d‘achats fait déjà l‘objet d‘une procédure devant la Cour de justice de l‘Union européenne.

Le maintien en l‘état de ce plafond limiterait le montant des achats que la BCE peut réaliser car elle s‘en approche dans plusieurs pays, notamment l‘Allemagne, le pays de la zone euro où sa politique ultra-accommodante suscite le plus d‘opposition.

Si le montant des achats mensuels demeurait à son niveau actuel, ce plafond serait atteint en Allemagne dans le courant du premier semestre 2018.

Le débat technique sur le plafond de détention des émissions de dettes souveraines pourraient attendre la dernière réunion de politique monétaire de l‘année, en décembre, selon le gouverneur de la banque centrale finlandaise, Erkki Liikanen.

“Nous avons une réunion en octobre au cours de laquelle nous traiterons de ces questions mais il se pourrait que le réglage fin de ces questions soit effectué ensuite”, a dit Liikanen devant le Parlement finlandais vendredi.

“Les détails et les paramètres seront de cette façon connus bien avant la fin du programme”, a-t-il ajouté. (Frank Siebelt, Balazs Koranyi et Francesco Canepa et Jussi Rosendahl avec les bureaux de Reuters, Marc Angrand et Marc Joanny pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below