7 septembre 2017 / 15:24 / dans 17 jours

3 QUESTIONS À-La BCE en mode "wait & see", RDV en octobre - Amplegest

PARIS, 7 septembre (Reuters) - Le marché n‘a obtenu jeudi que peu d‘informations de la Banque centrale européenne (BCE) et de son président Mario Draghi, qui ont préféré donner rendez-vous pour de nouvelles annonces en octobre en dépit de la poursuite du mouvement de hausse de l‘euro, observe Alexandre Neuvy, directeur de la gestion privée chez Amplegest.

1/ Que peut-on retenir des annonces de la BCE et de Mario Draghi ?

Alexandre Neuvy - C‘est une réunion où il ne s‘est pas passé grand-chose finalement. La BCE est en position d‘attente sans doute parce qu‘elle réagit à ce qui se passe sur les devises et le reste des marchés financiers plutôt qu‘elle ne suit un cap tout tracé. Il y a aussi fort à parier que la BCE attendra de voir ce que feront les autres banques centrales. Globalement, on reste dans un discours de politique accommodante, la croissance est là mais l‘inflation reste décevante et la BCE conserve sa flexibilité avec des mesures de soutien si nécessaire.

2 / Comment analyser la réaction du marché à ces annonces, et notamment celle de l‘euro ?

Alexandre Neuvy - La réaction de marché a été assez étrange. Il y a eu un fort mouvement sur l‘euro avec beaucoup d‘effets yoyo, les taux ont baissé tandis que les marchés d‘actions ont peu bougé. Mario Draghi a un peu tout dit, sans qu‘on apprenne vraiment quelque chose. Cela rappelle la célèbre phrase d‘Alan Greenspan : “si vous m‘avez compris, c‘est probablement que je me suis mal exprimé”.

3 / Dans ce contexte, Mario Draghi a-t-il réussi son exercice de communication ?

Alexandre Neuvy - On peut dire que c‘est plutôt réussi mais il s‘agit d‘une réaction à chaud. En matière de banques centrales, c‘est souvent deux, trois jours après que l‘on observe une réelle tendance. On peut néanmoins noter que la tendance au renforcement de l‘euro continue. Les problèmes climatiques, avec la tempête Harvey, vont peut-être amener la Réserve fédérale (Fed) à retarder un peu son relèvement des taux, ce qui n‘est pas pour soutenir le dollar. On pense toutefois que le marché va un peu vite et que le billet vert devrait se reprendre. Les données américaines restent solides.

VOIR AUSSI :

La BCE s‘inquiète du risque pour l‘inflation de la hausse de l‘euro

La BCE abaisse ses prévisions d‘inflation pour 2018 et 2019

BCE-Principaux extraits de la conférence de presse de Mario Draghi

Propos recueillis par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below