6 septembre 2017 / 16:21 / il y a 3 mois

L'industrie allemande se prépare à un Brexit dur

par John O‘Donnell

FRANCFORT, 6 septembre (Reuters) - La Fédération de l‘industrie allemande (BDI) a créé un comité spécial réunissant des groupes comme Airbus, Siemens et Deutsche Bank pour préparer les entreprises à une sortie “disruptive” du Royaume-Uni de l‘Union européenne, selon des participants.

Le comité devra identifier d‘ici la fin décembre les risques découlant d‘un “Brexit dur” pour l‘industrie allemande, ont-ils précisé.

Ces préparatifs ont été lancés en réaction à la lenteur et au ton acrimonieux des négociations entre le ministre britannique en charge du dossier, David Davis, et le représentant de la Commission européenne, Michel Barnier, ont-ils ajouté.

Les entreprises allemandes se préparent maintenant au pire, comme le retour de droits de douane ou la fin de l‘accès aux marchés financiers à Londres, explique-t-on.

“Beaucoup au Royaume-Uni espéraient qu‘il y aurait un accord spécial avec l‘Allemagne. On dit depuis un an que ce ne sera pas le cas”, a déclaré Markus Becker-Melching de l‘Association des banques allemandes, qui participe au comité.

“Nous travaillons sur le postulat qu‘il y aura un Brexit dur”, a-t-il ajouté.

“Il faut anticiper dès maintenant qu‘il n‘y ait pas d‘accord, que les choses ne marchent pas”, a dit un autre participant aux réunions, en demandant à ne pas être identifié.

L‘existence du comité, qui a été établi en juin et tient maintenant des réunions mensuelles à Berlin, sera officialisée début octobre.

Ses conclusions, en décembre, contribueront à façonner la position du nouveau gouvernement issu des élections législatives du 24 septembre.

Fin août, le président de la BDI Dieter Kempf a critiqué le gouvernement britannique pour sa conduite des négociations, qui doivent en principe aboutir avant avril 2019.

“Le gouvernement britannique n‘a toujours pas défini de trajectoire claire”, a-t-il déploré. “En dépit des proclamations d‘unité des membres du gouvernement, il n‘y a pas d‘approche coordonnée.”

Avec ses 36 associations professionnelles représentant 100.000 entreprises, la BDI est l‘un des lobbies les plus influents d‘Allemagne.

L‘une de ses principales préoccupations, avec l‘éventuel retour de droits de douane, est la conséquence du Brexit sur les marchés de dérivés basés pour la plupart à Londres et largement utilisés par les entreprises allemandes pour se couvrir de risques tels qu‘une hausse des cours du pétrole.

“Le marché des dérivés représente un gros problème potentiel”, a dit une source impliquée dans les réunions. “Personne ne doit s‘imaginer que les nouvelles règles seront prêtes à temps pour continuer comme avant.” (Véronique Tison pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below