6 septembre 2017 / 10:46 / il y a 15 jours

BOURSE-Engie grimpe, regain d'intérêt après le placement de titres de l'Etat

PARIS, 6 septembre (Reuters) - L‘action Engie monte mercredi à la mi-journée à la Bourse de Paris, après s‘être d‘abord repliée dans les premiers échanges, les investisseurs revenant sur la valeur après le placement de titres de l‘Etat réalisé avec une faible décote.

A 12h37, l‘action avance de 1,3596% à 14,165 euros, après avoir touché un plus bas en séance à 13,78 euros (-1,4%).

La valeur s‘est dans un premier temps ajustée sur le prix du placement de l‘Etat qui a cédé 4,5% du capital du groupe énergétique, soit 111 millions d‘actions, au prix unitaire de 13,80 euros, ce qui représente une décote de 1,2% par rapport au cours de clôture de mardi soir (13,97 euros).

Au terme de l‘opération, l‘Etat, qui avait déjà cédé 4,1% du capital d‘Engie en début d‘année, détient désormais une participation de 24,1% dans le groupe via l‘Agence des participations (APE). et

“La décote constitue en soi une bonne surprise”, commente Pierre-Antoine Chazal, analyste chez Bryan Garnier. “En janvier, le placement avait été réalisé au prix de 11,40 euros, à un niveau assez bas donc, et avec une décote de 4,4%”, rappelle-t-il.

A l‘époque, la valeur était pénalisée par des doutes sur la mise en oeuvre du plan de transformation d‘Engie. “Une partie de ces doutes est aujourd‘hui levée, d‘abord car le plan se déroule bien et ensuite parce qu‘Engie a montré qu‘il pouvait renouer avec de la croissance organique, comme ça a été le cas au premier semestre”, indique Pierre-Antoine Chazal.

“Le sentiment de marché a considérablement évolué, le titre s‘est repris. Il y a une demande suffisante pour absorber une faible décote”, indique-t-il.

La progression du titre Engie mercredi, après son repli technique initial, peut aussi s‘expliquer par un regain d‘intérêt des investisseurs qui étaient restés à l‘écart en vue d‘un nouveau placement éventuel de l‘Etat. “Ce risque de placement de titres est désormais évacué”, note l‘analyste.

L‘action Engie évolue en hausse de plus de 16% depuis le début de l‘année.

PLAN DE CESSION DE 10 MILLIARDS D‘EUROS

La vente par l‘Etat d‘une partie de sa participation dans Engie intervient dans le cadre d‘un plan de cession d‘actifs plus vaste de 10 milliards d‘euros, destiné à financer un fonds dédié à l‘industrie et à l‘innovation.

Bercy avait laissé entendre en juillet que les cessions pourraient concerner pour l‘essentiel des participations minoritaires dans des entreprises du secteur concurrentiel.

Outre Engie, Aéroports de Paris (ADP) ou La Française des Jeux figurent dans la liste des sociétés visées par une éventuelle sortie partielle de l‘Etat.

En Bourse, ADP recule mercredi de 0,9396% à 147,6 euros.

“Si le marché imagine que l‘Etat pourrait céder une partie de sa participation dans ADP avec une décote, comme cela a été le cas pour Engie, cela peut peser”, explique un analyste basé à Paris, qui estime pour sa part que l‘Etat pourrait plutôt décider de céder un gros bloc d‘ADP hors marché.

Un autre analyste juge que la baisse du titre ADP peut s‘expliquer par le fait qu‘une cession de titres de l‘Etat peut paraître moins évidente. “On voit que le gouvernement regarde des opérations faciles à lancer ce qui n‘est pas tout à fait le cas d‘ADP”, indique-t-il.

L‘Etat détient via l‘APE 50,63% du capital du gestionnaire des aéroports parisiens. Concernant ADP, une loi de privatisation est indispensable pour autoriser le passage de l‘Etat sous le seuil des 50%.

Blandine Hénault, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below