31 août 2017 / 10:24 / dans 3 mois

LEAD 3-Explosions et fumée noire sur le site d'Arkema au Texas

(Actualisé avec ouverture d‘une enquête du CFB §3)

AUSTIN, 31 août (Reuters) - Le groupe chimique français Arkema a dit jeudi s‘attendre à de nouveaux incendies après deux explosions survenues à son usine de Crosby au Texas, dans la zone inondée ces derniers jours par la tempête Harvey.

Arkema a appelé les riverains à ne pas revenir dans la zone d‘évacuation qui avait été précédemment établie dans un rayon de 2,5 km autour du site, noyé sous 1,80 mètre d‘eau.

L‘agence fédérale de sûreté chimique Chemical Safety Board (CFB) a annoncé dans l‘après-midi l‘ouverture d‘une enquête sur les explosions et incendies. Sa présidente, Vanessa Allen Sutherland, a précisé que ses services demanderaient dans un premiers temps des documents à Arkema puis se rendraient sur place une fois que le site aura été sécurisé.

Selon Arkema, les inondations, d‘une ampleur sans précédent, ont entraîné des coupures de courant qui ont elle-mêmes mis hors service le système de refroidissement des produits stockés à l‘usine de Crosby, ouverte il y a 49 ans et située à une quarantaine de kilomètres de Houston.

“A environ 02h00 locales, nous avons été informés par le centre de secours du comté de Harris que deux explosions s‘étaient produites et que de la fumée noire provenaient de l‘usine de Crosby, au Texas”, peut-on lire dans le communiqué.

D‘après Richard Rennard, qui dirige l‘une des branches du groupe Arkema, cet incident n‘est pas un rejet chimique mais un incendie causé par des produits chimiques.

“Ce n‘est pas un rejet chimique. C‘est un incendie”, a-t-il dit aux journalistes près du site.

“La fumée risque d‘irriter vos yeux, vos poumons et potentiellement votre peau”, a-t-il poursuivi, encourageant les personnes qui l‘auraient inhalée à aller voir un médecin.

Le responsable d‘Arkema a indiqué qu‘il ne croyait pas vraiment au potentiel mortel de la fumée dégagée par l‘incendie de l‘usine.

Le directeur de l‘Agence fédérale des situations d‘urgence (Fema), Brock Long, a affirmé que le panache de fumée était extrêmement dangereux.

Le shérif du comté de Harris, Ed Gonzalez, a dit à la presse que 15 de ses hommes avaient été conduits à l‘hôpital après avoir inhalé ou pu inhaler des émanations chimiques.

Les derniers salariés du site avaient été évacués mardi.

Dans un plan de gestion du risque communiqué en 2014 aux autorités américaines, Arkema avait indiqué qu‘une explosion de l‘usine pourrait, dans le scénario du pire, menacer la population dans un rayon de 37 km.

A la Bourse de Paris, Arkema a fini en baisse de 1,94% jeudi après l‘annonce des deux explosions. (Jon Kerskovitz à Austin et David Shepardson à Washington, Simon Carraud et Arthur Connan pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below