31 août 2017 / 10:19 / dans 24 jours

LEAD 1-Pernod Ricard améliore ses résultats avec Absolut et Martell

* Le ROC en hausse de 3,3% en 2016-2017

* Absolut revient en terrain positif, Chivas demeure en baisse

* Le cognac rebondit en Chine

* Amélioration de la tendance attendue en Inde au T2

* Le groupe chiffre €125 mlns l‘impact de l‘euro fort (Actualisé avec précisions)

par Pascale Denis

PARIS, 31 août (Reuters) - Pernod Ricard a amélioré ses résultats annuels grâce au retour à la croissance de sa vodka Absolut et de son cognac Martell et table sur une nouvelle accélération de ses performances opérationnelles pour l‘exercice en cours.

Le numéro deux mondial des spiritueux a fait état d‘une croissance organique de 3,6% au cours de son exercice décalé 2016-2017, clos en le 30 juin, s‘approchant de l‘objectif de moyen terme de 4%-5% qu‘il s‘était fixé en juin 2015.

La progression de son résultat opérationnel courant (ROC) s‘est elle aussi accélérée à 3,3% à taux de change constants (+2% un an auparavant). Mais à 2,39 milliards d‘euros, le ROC est toutefois légèrement inférieur au consensus de 2,42 milliards réalisé par Inquiry Financial pour Reuters.

Malgré une performance opérationnelle jugée robuste par les analystes, le titre Pernod Ricard est sanctionné par le marché, le groupe ayant indiqué que la hausse de l‘euro aurait un impact négatif de 125 millions d‘euros sur le résultat opérationnel courant 2017-2018.

Ceux de Barclays estiment aussi que les perspectives 2017-2018 sont un peu tempérées par les difficultés en Inde.

A 12h17, le titre cède -2,73% à 113,85 euros, dans un marché où le CAC 40 affiche une hausse de 0,77% .

En Inde, son deuxième pays, Pernod Ricard a pâti de la démonétisation, d‘une nouvelle réglementation sur la vente d‘alcool près des grands axes routiers et d‘une nouvelle taxe.

Sa croissance, qui y dépassait les 10% ces dernières années, est tombée à 1%, mais il anticipe une amélioration des tendances à partir du 2e trimestre 2017-2018.

Pernod Ricard a par ailleurs profité d‘une solide dynamique aux Etats-Unis, son premier marché, toujours porté par une croissance à deux chiffres du whisky irlandais Jameson, tandis qu‘en Chine ses ventes sont repassées en terrain positif (+2% après un recul de 9% un an auparavant) grâce à la reprise de Martell.

MARGES DE MANOEUVRE POUR DES ACQUISITIONS

Les ventes du cognac ont progressé de 6% en Chine, bénéficiant comme celles des concurrents Hennessy (LVMH ) et Rémy Martin (Rémy Cointreau) d‘un rebond de la consommation locale.

A l‘inverse, les difficultés persistantes du whisky Chivas dans le pays - où il recule depuis cinq ans - plombent la marque qui compte, avec Absolut et Jameson, parmi les principaux centres de profit du groupe. “Nous avons clairement l‘ambition de modifier la tendance de Chivas en Chine”, a déclaré à Reuters Gilles Bogaert, directeur financier de Pernod, évoquant un plan de relance passant par une diversification de la distribution et des moyens publicitaires accrus.

Les ventes d‘Absolut sont elles aussi redevenues positives au niveau mondial (+2%), tirées par l‘Asie, l‘Europe et dans les gares et les aéroports (travel retail), mais sont restées négatives aux Etats-Unis (-2%), son premier marché.

Pernod, qui s‘était fixé il y a deux ans pour objectif de moyen terme de stabiliser sa vodka outre-Atlantique, “doit y parvenir dans les deux à trois ans qui viennent”, a commenté Gilles Bogaert.

Grâce à une progression de 22% du cash-flow libre, Pernod a réduit sa dette nette de 865 millions d‘euros à 7,85 milliards, lui laissant des marges de manoeuvres pour des acquisitions, a précisé Gilles Bogaert.

“Nous regardons tout ce qui est disponible sur le marché”, a-t-il dit, ajoutant cibler des marques de niche à fort potentiel de développement, comme le mescal Del Maguey racheté en août.

Pernod, qui s‘était donné pour objectif de faire progresser son résultat de 2% à 4% en 2016-2017, vise maintenant une croissance comprise entre 3% et 5% pour l‘exercice en cours.

Le résultat net part du groupe progresse de 13% à 1,39 milliard d‘euros et le dividende de 7% à 2,02 euros.

Le communiqué et la présentation:

bit.ly/2xOMep6 (Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below