30 août 2017 / 09:02 / dans un mois

Allemagne-Les petites banques affectées par les taux bas-régulateur

FRANCFORT, 30 août (Reuters) - Les taux d‘intérêt extrêmement bas actuellement en vigueur dans la zone euro continuent de “peser lourdement” sur les finances des petites banques allemandes, ont dit mercredi la Bundesbank (Buba), la banque centrale du pays, et la BaFin, l‘autorité des marchés financiers.

Ces deux institutions ont mené une enquête auprès de quelque 1.500 établissements de taille petite et moyenne, qui représentent environ 88% de l‘ensemble des établissements de crédit du pays pour 41% des actifs totaux.

Cette enquête montre que les banques anticipent dans l‘ensemble une baisse de 9% de leur bénéfice imposable au cours de cinq prochaines années, ont souligné la Buba et la BaFin.

Cela équivaut à une diminution de 16% du rendement total du capital des banques. Si ce recul reste prononcé, il a toutefois diminué depuis l‘enquête similaire réalisée il y a deux, qui le chiffrait alors à 25%.

“Même si les prévisions de ces institutions sont un peu plus positives qu‘il y a deux ans, il est à noter que ceci suggère simplement que leur rentabilité - qui partait de bas - se détériore à un rythme moins élevé que précédemment”, a déclaré Andreas Dombret, un membre du directoire de la Bundesbank chargé de la supervision bancaire.

“La période de stagnation induite par les taux d‘intérêt bas est loin d‘être terminée.”

Les autorités de régulation saluent le fait que les banques avaient trouvé des sources de revenus alternatives pour tenter de compenser le bas niveau des taux, comme l‘imposition de tarifs et de commissions.

Mais ils ajoutent que le rendement total du capital des banques pourrait chuter de 40% si les taux d‘intérêt devaient rester à leur niveau actuel jusqu‘en 2021.

La BCE a laissé sa politique monétaire inchangée lors de sa dernière réunion, le 20 juillet - avec un taux de refinancement qui reste à 0,00%, un taux de facilité de dépôt à -0,40% et un taux de prêt marginal à 0,25% - mais elle a laissé entendre que son Conseil des gouverneurs débattrait “à l‘automne” d‘une éventuelle modification de son programme dit d‘assouplissement quantitatif (“quantitative easing”, QE), qu‘elle poursuit pour l‘instant au rythme de 60 milliards d‘euros par mois.

Une enquête Reuters publiée il y a près de trois semaines montre qu‘il est plus probable que la BCE annonce en septembre, plutôt qu‘en octobre, son intention de modifier sa politique d‘achats d‘actifs.

Tom Sims, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below