28 août 2017 / 20:25 / il y a 4 mois

POINT MARCHÉS-Wall Street résiste à la tempête tropicale Harvey

(Actualisé avec d‘autres actifs financiers)

* Le Dow a perdu 0,02% mais le S&P 500 a avancé de 0,05% et le Nasdaq Composite a pris 0,28%

* Ce dernier a été soutenu par l‘annonce du rachat de Kite Pharma par Gilead

* Harvey a pesé sur les producteurs de pétrole et les assureurs

par Rodrigo Campos

NEW YORK, 28 août (Reuters) - La Bourse de New York a fini sur une note irrégulière lundi, coincée entre la baisse des valeurs pétrolières provoquée par la tempête tropicale Harvey et la bonne tenue d‘un secteur pharmaceutique dopé par l‘annonce d‘une grosse acquisition.

L‘indice Dow Jones a perdu 0,02%, soit 5,27 points, à 21.808,40. Le S&P-500, plus large, a pris 1,19 point, soit 0,05%, à 2.444,24. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 17,37 points (+0,28%) à 6.283,02.

Ce dernier a notamment été tiré vers le haut par le titre Apple (+1,01%) et par celui du laboratoire Gilead Sciences (+1,22%), qui a fait état de son intention de racheter Kite Pharma, pionnier des thérapies géniques contre le cancer, dans le cadre d‘une OPA amicale de 11,9 milliards de dollars. L‘action Kite s‘est envolée de plus de 28%.

Les cours du pétrole ont terminé en baisse de près de 3% sur le marché new-yorkais Nymex, la production américaine étant fortement perturbée par Harvey, qui sévit actuellement sur le sud des Etats-Unis.

La tempête s‘est abattue sur le littoral américain vendredi soir. Elle était alors classée en ouragan, le plus puissant à frapper le Texas depuis plus d‘un demi-siècle. Elle a fait au moins deux morts.

Depuis, elle s‘est quasiment arrêtée au-dessus de la côte du golfe du Mexique où elle risque de stationner encore plusieurs jours. En certains endroits, elle pourrait déverser en une semaine l‘équivalent d‘une année de pluie.

La tempête a touché l‘industrie américaine du pétrole et du gaz en son coeur, conduisant plusieurs groupes pétroliers à suspendre l‘activité de leurs raffineries et à évacuer les nombreuses plateformes implantées dans le golfe du Mexique.

L‘indice S&P regroupant les valeurs énergétiques a baissé de 0,47%, accusant la deuxième plus forte baisse sectorielle du jour derrière le compartiment financier (-0,48%). Le secteur pharmaceutique a affiché la meilleure performance du jour, avec un gain de 0,60%.

RECUL DU TITRE EXPEDIA

Harvey a également plombé les grands noms de l‘assurance, dont Travelers, plus forte baisse du Dow Jones avec un recul de 2,56%, les investisseurs redoutant l‘impact de la catastrophe naturelle sur le secteur.

En revanche, le titre Home Depot a gagné 1,16% - soit la plus forte hausse du Dow - grâce à Harvey, les acteurs de marché se disant que le géant des magasins de bricolage allait profiter des travaux de reconstruction rendus nécessaires par la tempête.

“Home Depot va certainement recevoir un coup de pouce financier d‘Harvey, comme ce fut le cas lors de l‘ouragan Sandy de 2013”, a déclaré Neil Saunders, directeur général de GlobalData Retail.

De manière générale, en dépit des morts et des dégâts matériels provoqués par la tempête, les analystes de marché pensent que les conséquences économiques négatives des inondations seront compensées par la reconstruction de grande ampleur qui va s‘en suivre.

La prudence reste pourtant de mise, comme en témoigne la progression d‘actifs jugés sûrs, comme les emprunts du Trésor et l‘or.

Sur le marché des changes, le dollar est tombé à un creux de 16 mois face à panier de devises internationales, toujours sous le coup des discours du président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi et de Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale, vendredi à Jackson Hole, qui ont déçu les cambistes en évitant soigneusement toute allusion directe aux politiques monétaires et a fortiori aux taux de change.

Face seul euro, le dollar est même à un plus de deux ans et demi, s‘approchant du niveau de 1,20 dollar pour un euro.

Le titre Expedia a perdu 4,51%, soit le repli le plus prononcé du S&P 500, après que deux sources ont dit qu‘Uber a désigné dimanche Dara Khosrowshahi, le patron du voyagiste en ligne, au poste de directeur général avec la lourde charge de relancer le spécialiste de la réservation de voitures avec chauffeur en crise depuis déjà près d‘un an.

Quelque 5,13 milliards d‘actions ont été échangées contre une moyenne quotidienne de près de six milliards observée au cours des 20 dernières séances. (Benoit Van Overstraeten pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below