27 août 2017 / 14:46 / il y a un mois

USA-Un déficit courant qui n'est pas près de diminuer

JACKSON HOLE, Wyoming, 27 août (Reuters) - Les Etats-Unis continueront d‘accumuler d‘importants déficits des comptes courants en raison, notamment, de leur statut de havre mondial des valeurs refuge, a déclaré samedi un économiste lors de la conférence économique annuelle des banquiers centraux de Jackson Hole, dans le Wyoming.

L‘épargne qui se constitue dans les autres pays vient traditionnellement nourrir les flux de capitaux entrant aux Etats-Unis, et même si l‘intensité des déséquilibres mondiaux s‘est atténuée à des niveaux antérieurs à la crise mondiale, ces flux continueront de peser sur le solde des comptes courants, d‘autant que les actifs sûrs ont diminué en quantité ces dernières années.

La balance des comptes courants mesure les flux de biens, de services et d‘investissements qui arrivent et sortent d‘un pays donné.

“Il est évident que les autorités ne feront rien pour altérer la capacité des Etats-Unis à créer des actifs sûrs. D‘un autre côté, la politique budgétaire peut avoir (et a eu) une influence notable sur les déséquilibres des comptes courants”, a déclaré l‘économiste.

Les déséquilibres mondiaux sont considérés comme un risque pour la stabilité financière mais les opinions divergent sur la gravité de ce risque.

Le Congrès devra examiner début septembre la délicate question du relèvement du plafond d‘endettement des Etats-Unis. Le président Donald Trump a menacé mardi de provoquer une vacance des administrations publiques si le Congrès n‘acceptait pas le financement d‘un mur à la frontière mexicaine.

“Pour ce qui concerne les Etats-Unis, même si le budget n‘est pas le plus important contributeur individuel aux déséquilibres des comptes courants, il n‘en demeure pas moins un élément de poids”, a poursuivi Chinn.

Les flux de l‘épargne mondiale contribueront eux aussi largement au déficit des comptes courants puisqu‘ils se concrétisent en l‘achat de titres de la dette publique américaine, en particulier par les banques centrales. C‘est ainsi que la Chine et le Japon sont les principaux détenteurs d‘obligations d‘Etat américaines.

“Même si les économies créancières peuvent changer avec le temps, les USA continueront sans doute à accumuler des déficits d‘une ampleur qui dépasse toute explication par d‘autres facteurs”, dit encore Chinn.

Dans la mesure où les Etats-Unis sont en phase de durcissement monétaire, où la zone euro va sans doute entamer la sienne et où il est peu probable en revanche que le Japon fasse de même dans un avenir proche, “cette combinaison de facteurs débouchera vraisemblablement sur une aggravation plutôt que sur une amélioration du déficit des comptes courants américains”.

Lindsay Dunsmuir, Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below