16 août 2017 / 12:54 / il y a 3 mois

USA/Immobilier-Baisse inattendue des promesses de ventes en juillet

WASHINGTON/NEW YORK, 31 août (Reuters) - Principaux indicateurs du marché immobilier américain publiés depuis le début du mois:

* BAISSE DE 0,8% DES PROMESSES DE VENTES EN JUILLET

31 août - Les promesses de ventes de logements ont reflué en juillet, contrairement aux attentes, accusant leur quatrième baisse en cinq mois dans un marché qui reste paralysé par une pénurie de biens à vendre qui pousse les prix à la hausse.

La Fédération nationale des agents immobiliers (NAR) a annoncé jeudi que son indice, calculé à partir des compromis signés le mois dernier, a reculé de 0,8% à 109,1. Le chiffre de juin a en outre été revu en légère baisse à 110,0.

Les économistes interrogés par Reuters s‘attendaient à une hausse de 0,5% le mois dernier.

Sur un an, les promesses de ventes ont diminué de 1,3%.

Les promesses se transforment en ventes fermes après un mois ou deux.

“Les nouvelles annonces ne parviennent pas à suivre les ventes qui s‘écoulent à un rythme étonnamment rapide”, dit Lawrence Yun, économiste de la NAR.

Tableau

* INDICE DES PRIX S&P CASE-SHILLER EN HAUSSE DE 5,7% EN JUIN

29 août - Les prix immobiliers des 20 principales métropoles des Etats-Unis ont augmenté de 5,7% en juin sur un an, comme en mai et comme attendu par les économistes, montrent mardi les résultats de l‘enquête mensuelle S&P CoreLogic Case-Shiller.

Sur une base mensuelle et en données corrigées des variations saisonnières (CVS), les prix immobiliers des 20 grandes métropoles suivies par Case-Shiller sont en hausse de 0,1%, comme en mai, alors que les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne une progression de 0,2%.

* REVENTES DE LOGEMENTS EN BAISSE DE 1,3% EN JUILLET

24 août - Les reventes de logements ont baissé contre toute attente en juillet, à leur volume le plus bas de l‘année, en raison d‘une pénurie de logements à vendre, qui a pour effet de faire monter les prix.

La fédération nationale des agents immobiliers NAR a dit jeudi que ces reventes avaient baissé de 1,3% au volume annuel CVS de 5,44 millions d‘unités en juillet après 5,51 millions en juin, total revu en légère baisse par rapport à l‘estimation initiale.

Les économistes interrogés par Reuters projetaient une hausse de 0,9% à 5,57 millions d‘unités.

Par rapport à juillet 2016, les ventes dans l‘immobilier ancien ont augmenté de 2,1%.

L‘offre de logements est en baisse de 9,0% par rapport à juillet 2016 et les invendus ont baissé 26 mois d‘affilée sur une base annuelle.

Le prix moyen d‘une maison était de 258.300 dollars, en hausse de 6,2% sur un an.

Au rythme de vente actuel, il faudrait 4,2 mois pour absorber les invendus contre 4,8 mois un an auparavant. Les économistes considèrent que six mois constituent le bon équilibre entre offre et demande.

Une maison est restée en moyenne 30 jours sur le marché en juillet contre 36 jours un an plus tôt.

Tableau:

* VENTES DE LOGEMENTS NEUFS EN BAISSE DE 9,4% EN JUILLET

23 août - Les ventes de logements neufs ont baissé de manière inattendue au mois de juillet, pour tomber à leur plus bas niveau en sept mois, ce qui pourrait éveiller des craintes d‘un ralentissement du marché de l‘immobilier résidentiel.

Les ventes dans l‘immobilier neuf, qui représentent près de 10% des ventes totales de logements aux Etats-Unis, ont chuté de 9,4% en rythme annualisé CVS le mois dernier à 571.000 unités, leur plus bas niveau depuis décembre 2016, selon les chiffres publiés mercredi par le département du Commerce. Il s‘agit de la plus forte baisse du marché en pourcentage depuis août 2016.

Les ventes de juin ont été révisées en hausse à 630.000 unités contre 610.000 initialement annoncées. Les ventes de mai ont elle aussi été moins faibles qu‘annoncé auparavant, ce qui limite la portée de la chute du mois de juillet.

Les ventes de logements neufs, qui sont calculées à partir des permis de construire, sont des données volatiles d‘un mois sur l‘autre.

Les économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne des ventes en hausse de 0,3% à 612.000 en juillet.

Sur un an, les ventes sont en baisse de 8,9% en juillet.

Après des statistiques ce mois-ci montrant une chute des mises en chantier et des permis de construire, ces données suggèrent un possible ralentissement du marché du logement.

Ce marché est freiné par une pénurie de biens à vendre, de terrains à bâtir et de main d‘oeuvre, qui font grimper les prix.

Le logement a pesé sur l‘économie américaine au deuxième trimestre, ayant coûté près de trois dixièmes de point de pourcentage à la croissance du PIB. Les économistes attendent un modeste rebond des ventes de logements au troisième trimestre.

L‘immobilier résidentiel reste soutenu par un marché du travail vigoureux, désormais proche du plein emploi.

Les stocks de logements neufs ont augmenté de 1,5% à 276.000 unités en juillet, au plus haut depuis juin 2009. Ils restent toutefois inférieurs de plus de moitié à leur niveau de 2005, au plus haut du boom immobilier du début des années 2000.

Au rythme des ventes de juillet, il faudrait 5,8 mois pour épuiser les stocks, contre 5,2 mois en juin. Des stocks de six mois sont considérés comme favorisant un bon équilibre entre l‘offre et la demande.

Tableau

* BAISSE DE 4,8% DES MISES EN CHANTIER EN JUILLET

16 août - Les mises en chantier ont baissé contre toute attente en juillet, ce qui pourrait tempérer les anticipations d‘un rebond du marché immobilier au troisième trimestre.

Selon les données publiées mercredi par le département du Commerce, les mises en chantier ont reculé de 4,8% en données corrigées des variations saisonnières, à un rythme annualisé de 1,16 million d‘unités. En juin, ce rythme était de 1,21 million d‘unités et non de 1,22 million comme donné en première estimation.

Les économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un rythme de 1,22 million de mises en chantier en juillet.

Sur un an, la baisse est de 5,6%.

Les mises en chantier de maisons individuelles, qui représentent la plus grande partie du marché de l‘immobilier résidentiel, ont baissé de 0,5% à 856.000 unités le mois dernier.

Le nombre de permis de construire a également baissé, de 4,1% à 1,22 million d‘unités. Ce recul suggère que le secteur de la construction de maisons individuelles, qui s‘est contracté au deuxième trimestre, pourrait marquer le pas.

Tableau

* HAUSSE DE L‘INDICE NAHB À 68 EN AOÛT

15 août - L‘indice de confiance des professionnels du secteur de l‘immobilier a progressé plus que prévu en août, selon l‘enquête de la fédération professionnelle NAHB publiée mardi.

L‘indice s‘établit à 68 contre 64 en juillet, alors que les économistes interrogés par Reuters l‘attendaient en moyenne à 65.

Le sous-indice mesurant l‘opinion des professionnels interrogés sur les ventes de logements individuels a également progressé à 74 contre 70 en juillet et celui mesurant leur opinion sur les ventes à un horizon de six mois a avancé à 78 après 73.

* RECUL INATTENDU DES DÉPENSES DE CONSTRUCTION EN JUIN

1er août - Les dépenses de construction ont accusé un recul inattendu en juin, sous l‘effet d‘une forte baisse des dépenses du gouvernement fédéral, laissant entrevoir une révision à la baisse des estimations de la croissance pour le deuxième trimestre.

Selon les chiffres publiés mardi par le département du Commerce, les dépenses de construction ont baissé de 1,3% à 1.210 milliards de dollars (1.023 milliards d‘euros), leur niveau le plus bas depuis septembre 2016.

Le chiffre de mai, initialement estimé stable, a été révisé pour faire ressortir une hausse de 0,3%.

Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une progression de 0,4% en juin.

Par rapport au mois de juin 2016, les dépenses de construction ont augmenté de 1,6%.

Les dépenses de construction du gouvernement fédéral ont chuté de 9,3%, leur plus forte baisse depuis décembre 2010, et celles des administrations publiques ont reculé globalement de 5,4%, du jamais vu depuis mars 2002.

Les dépenses de construction privées ont diminué de 0,1%, comme en mai. L‘investissement dans la construction résidentielle privée a à peine augmenté, de 0,1%, après une hausse de 0,6% en mai.

Avec ces chiffres, la croissance du PIB de 2,6% au deuxième trimestre, annoncée vendredi en première estimation, pourrait être revue en baisse.

Tableau:

Les indicateurs américains en temps réel

Les indicateurs immobiliers publiés en juillet (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below