17 juillet 2017 / 03:57 / il y a un mois

LEAD 2-Chine-Croissance soutenue au T2, accélération des réformes en vue

(actualisé avec contexte, citations d'économistes)

* Croissance supérieure à l'objectif avant le 19e Congrès du PCC

* Des marges de manoeuvre pour s'attaquer aux risques financiers

* La performance à l'export risque de raviver les tensions avec Washington

par Elias Glenn et Kevin Yao

PEKIN, 17 juillet (Reuters) - L'économie chinoise a progressé à un rythme plus rapide qu'attendu au deuxième trimestre, ce qui devrait permettre à Pékin d'atteindre sans difficulté son objectif de croissance annuel et donner à ses responsables les marges de manoeuvre nécessaires pour affronter des défis économiques majeurs avant un large renouvellement des instances dirigeantes du pays à l'automne.

La croissance a bénéficié d'une accélération des exportations et de la production, notamment d'acier, qui pourrait attiser les tensions commerciales avec les Etats-Unis alors que Pékin et Washington doivent débuter des discussions économiques bilatérales mercredi.

Le président américain Donald Trump a fait de la résorption du déficit commercial des Etats-Unis avec la Chine l'une de ses priorités et a souligné que l'acier était un sujet de contentieux.

Le produit intérieur brut (PIB) a enregistré une croissance de 6,9% sur un an au deuxième trimestre, un rythme identique à la croissance du premier trimestre, montrent les données publiées lundi par le Bureau national de la statistique.

Les analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une croissance du PIB de 6,8% sur la période avril-juin.

Plusieurs économistes ont revu à la hausse leur prévision de croissance pour l'année 2017 après la publication des données pour le deuxième trimestre.

Mais de nombreux analystes s'attendent à voir la deuxième économie mondiale perdre de la vitesse au second semestre, sur fond de restriction du crédit par des autorités soucieuses d'éviter une surchauffe des prix immobiliers et de l'endettement.

"Dans l'ensemble, nous anticipons que la croissance du PIB restera robuste au second semestre mais plus lente qu'au premier, du fait d'un effet de base élevé", écrivent les économistes de Citi dans une note. "A plus long terme, l'incertitude demeure sur l'investissement et le commerce extérieur."

La banque a relevé sa prévision de croissance 2017 à 6,8% pour l'ensemble de l'année contre 6,6% précédemment.

LA STABILITÉ À L'ORDRE DU JOUR

Les données du deuxième trimestre confortent la prévision gouvernementale d'une croissance de 6,5% en moyenne sur l'année et devraient donner à Pékin des marges de manoeuvre pour s'attaquer aux déséquilibres économiques internes, notamment dans la sphère financière.

Si la croissance proche de la surchauffe du secteur immobilier s'est assagie cette année, le rebond des exportations après plusieurs années de recul a contribué à éviter un ralentissement généralisé de l'économie chinoise.

Les ventes au détail et la production manufacturière se sont aussi bien comportées sur les six premiers mois de l'année. La croissance des premières a accéléré à 10,8% au deuxième trimestre après 10,0% sur les trois premiers mois de l'année, selon des calculs de Reuters effectués sur la base des données officielles. Celle des secondes a aussi progressé mais leur hausse de 6,9% sur le premier semestre n'est qu'à peine supérieure à la performance des trimestres précédents.

L'amélioration de la situation économique est bienvenue alors que le Parti communiste chinois doit largement renouveler ses instances dirigeantes à l'automne, à l'occasion de son 19e congrès, qui devrait entériner le renforcement du pouvoir du président Xi Jinping.

Xi aura ainsi les coudées plus franches pour mettre en oeuvre des réformes dont nombre d'analystes estiment qu'elles n'ont que trop tardé comme la restructuration de l'endettement massif des entreprises d'Etat.

Il a annoncé ce week-end que la banque centrale chinoise aller jouer un rôle accru dans la gestion macroprudentielle et la prévention des risques systémiques dans le système financier.

L'accroissement des risques dans certains secteurs de l'économie du fait du surendettement et d'investissements à crédit impose aux responsables économiques de maintenir un difficile équilibre entre le soutien à la croissance et le contrôle des risques.

La banque centrale ne devrait guère modifier sa politique monétaire pour l'instant, estiment la plupart des analystes.

"Sur la base des données (de la croissance au deuxième trimestre), il n'y a pas besoin d'assouplissement ni vraiment de resserrement parce que les pressions inflationnistes restent très contenues. Donc je pense que la Banque populaire de Chine (BPC) va simplement continuer à rester vigilante", a dit Craig James, économiste chez Commonwealth Securities.

La BPC a adopté un biais légèrement restrictif au début de l'année, poussant les taux d'intérêt de marché à la hausse pendant le premier trimestre, notamment juste après le relèvement des taux directeurs par la Réserve fédérale américaine en mars.

Le porte-parole du Bureau national de la statistique Xing Zhihong a aussi fait allusion à la poursuite du rééquilibrage de l'économie cette année, déclarant que "des changements positifs dans l'économie vont s'accélérer, la tendance à un développement stable et en amélioration se consolidant et s'élargissant plus encore."

Voir aussi : BREAKINGVIEWS-China's revived economy rests on borrowed pillow

Julie Carriat et Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below