13 juillet 2017 / 15:30 / dans 2 mois

3 QUESTIONS À-SSGA trouve Yellen plus prudente sur l'inflation

PARIS, 13 juillet (Reuters) - - L‘audition semestrielle de Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale américaine (Fed), devant le Congrès a marqué un léger changement de ton, avec peut-être un plus de réalisme par rapport à la question de l‘inflation, estime Antoine Lesné, responsable recherche et stratégie SPDR ETF chez State Street Global Advisors (SSGA).

1/ Les marchés ont-ils raison de considérer les propos de Janet Yellen devant le Congrès comme plus accommodants ?

Antoine Lesné - Il s‘agit d‘un discours beaucoup plus prudent que ce qu‘on avait pu anticiper au vu du ton relativement moins accommodant des dernières interventions. Janet Yellen semble reconnaître l‘aspect probablement moins transitoire de l‘inflation. Par ailleurs, les investisseurs avaient été assez dérangés par la publication la semaine dernière du rapport semestriel de politique monétaire de la Fed au Congrès qui montrait que la banque centrale ne s‘inquiétait pas des risques venant des marchés financiers. Janet Yellen est revenue plus clairement là-dessus.

2 / Que peut-on déduire de ce changement de ton pour les prochaines réunions de politique monétaire de la Fed ?

Antoine Lesné - Nos anticipations n‘ont pas changé depuis la dernière réunion de juin : nous estimons que la Fed devrait annoncer le 26 septembre une réduction de la taille de son bilan, en cessant de réinvestir à partir du mois d‘octobre. La réduction devrait être graduelle, de l‘ordre d‘abord de 10 milliards de dollars par mois. Le bilan pourrait être réduit de moitié, potentiellement autour de 2.000 milliards de dollars à l‘horizon 2022 mais Janet Yellen n‘a pas donné de chiffre ferme dans son discours aujourd‘hui. Une nouvelle hausse des taux pourrait également intervenir en décembre si les conditions le justifient, notamment en terme d‘inflation. Nous n‘attendons pas grand-chose de la réunion du 26 juillet, d‘autant qu‘il n‘y aura pas de conférence de presse officielle. C‘est plutôt la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) le 20 juillet qui est susceptible de faire bouger les marchés obligataires ce mois-ci.

3 / Les données sur l‘inflation aux Etats-Unis pour le mois de juin seront publiées vendredi. Que peut-on en attendre ?

Antoine Lesné - Les chiffres d‘inflation ne devraient pas surprendre de façon positive. Nous estimons même qu‘il existe un risque de déception. Pour le moment, il n‘y a pas de raisons de voir des pressions inflationnistes venant de Chine et qui pourraient se traduire par des poussées inflationnistes aux Etats-Unis. Le seul facteur d‘inflation repose sur les salaires, mais l‘on attend toujours la mise en oeuvre des promesses de campagne de Donald Trump susceptibles de doper la croissance et la hausse des prix. C‘est assez intéressant de voir que Janet Yellen commence à reconnaître la complexité de la relance de l‘inflation, dont la faiblesse pourrait être de longue durée car elle repose sur des éléments structurels liés à l‘offre et non à la demande. La présidente de la Fed est peut-être un peu moins sûre du côté transitoire de l‘inflation, et peut-être aussi plus réaliste.

VOIR AUSSI :

ANALYSE-Vers une normalisation monétaire risquée mais limitée

La Fed ne devrait pas avoir à relever beaucoup ses taux-Yellen

La Fed ne voit pas de grand danger venant des marchés financiers

Propos recueillis par Blandine Hénault, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below