28 juin 2017 / 10:56 / il y a 2 mois

LEAD 1-La cyberattaque a touché la filière immobilière de BNP Paribas

(Actualisé avec source, ACPR)

PARIS, 28 juin (Reuters) - La filiale immobilière du groupe bancaire BNP Paribas a été touchée par la cyberattaque d'ampleur mondiale qui a visé mardi de grandes entreprises et des services publics de plusieurs pays.

BNP Paribas est ainsi l'une des plus grandes institutions financières dont on sait qu'elle a été visée par le "rançongiciel" apparu mardi en Russie et en Ukraine avant de se répandre au niveau mondial.

"La cyberattaque internationale a touché notre filiale non bancaire, Real Estate. Les mesures nécessaires ont été prises pour circonscrire rapidement cette attaque", a déclaré mercredi à Reuters par courriel un porte-parole du groupe bancaire français.

Une source proche du dossier avait auparavant indiqué que certains ordinateurs utilisés par des salariés avaient été bloqués mardi en raison de l'incident.

Plusieurs des entreprises affectées par la cyberattaque avaient des liens avec l'Ukraine mais rien n'indique que cela était le cas pour BNP Paribas. Le groupe bancaire français dispose d'un établissement dans le pays, UkrSibbank.

Parmi les autres banques françaises, la Société générale a dit mardi à Reuters qu'elle n'avait pas été affectée par l'attaque. Le Crédit agricole et le groupe mutualiste BPCE se sont refusés à tout commentaire.

Interrogée par Reuters, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), l’organe français de supervision de la banque et de l’assurance, a répondu : "Nous restons évidemment vigilants sur nos organismes supervisés mais nous n’avons pas à ce stade d’élément d’alerte les concernant."

Toujours en France, Saint-Gobain et le distributeur Auchan ont signalé avoir été touchés par le rançongiciel. Le groupe de matériaux de construction a fait état mercredi matin d'un retour progressif à la normale. Auchan, dont seuls les terminaux de paiement en Ukraine ont été bloqués, a dit que la situation était déjà rétablie.

Quant à la SNCF, elle a indiqué avoir été visée lors de la cyberattaque mais ne pas avoir été affectée dans son organisation. "Aucun dysfonctionnement informatique majeur n’a été enregistré durant toute la journée et la nuit dernière", a précisé son service de communication. (Maya Nikolaeva, avec Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below