23 juin 2017 / 10:50 / il y a 2 mois

Brexit-La BCE veut renforcer ses pouvoirs sur la compensation

FRANCFORT, 23 juin (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé vendredi qu'elle recommandait un renforcement de ses pouvoirs de supervision de l'activité de compensation, une démarche qui vise à renforcer son contrôle sur la compensation des transactions financières en euros après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

La BCE estime qu'environ 101 milliards d'euros de transactions de produits dérivés en euros font l'objet d'une compensation au Royaume-Uni chaque jour et que les positions ouvertes s'y élèvent à 33.000 milliards d'euros, plus de 90% de la totalité des produits dérivés en euro échangés dans le monde.

La banque centrale craint que son autorité dans ce secteur soit affaiblie après le Brexit, ce qui affecterait sa capacité de surveillance d'une activité qui a une influence sur l'ensemble du système.

Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, a déclaré cette semaine que les activités de compensation pourraient devoir être transférées de Londres vers l'UE si le cadre fixé pour le Brexit revenait à réduire les pouvoirs de la BCE.

Jeudi, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a également jugé qu'une relocalisation en zone euro des activités de compensation constituait le seul mécanisme permettant aux autorités européennes de maîtriser les risques pour la stabilité financière européenne.

L'autorité de la BCE s'exerce actuellement surtout via sa participation à des collèges de surveillance, qui regroupent les autorités de supervision internationales et du pays d'accueil.

Les nouveaux pouvoirs de la BCE, qui devront être approuvés par le Parlement européen, donneraient à la BCE plus d'autorité pour reconnaître et surveiller les chambres de compensation d'importance systémique en dehors de l'UE si elles traitent des "montants significatifs d'opérations libellées en euro".

"Les modifications permettront (à l'Eurosystème) de surveiller et de traiter les risques associés aux activités de compensation centrale susceptibles de peser sur la conduite de la politique monétaire, le fonctionnement des systèmes de paiement et la stabilité de l’euro", dit la BCE dans un communiqué.

L'amendement - actuellement à l'étude à Bruxelles - permettrait d'imposer en dernier ressort de déplacer certaines activités de compensation de Londres vers l'UE si les volumes traités sont jugés d'importance systémique. (Balazs Koranyi; Juliette Rouillon pour le service français, édité par Patrick Vignal)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below