20 juin 2017 / 11:15 / dans 3 mois

SALON-Le manque de pilotes menace la croissance de l'aérien-étude

par Alana Wise

NEW YORK, 20 juin (Reuters) - Le secteur de l‘aviation commerciale aura besoin de recruter 255.000 pilotes dans le monde d‘ici 2027 afin de soutenir sa croissance rapide mais les initiatives en la matière restent assez laborieuses, montre une étude prospective sur 10 ans publiée par le spécialiste de formation CAE.

Plus de la moitié des pilotes requis n‘ont pas encore commencé à se former, indique l‘étude, ce qui pourrait constituer un problème en raison de la hausse du trafic qui devrait doubler la taille du secteur du transport aérien civil sur les deux prochaines décennies.

“La croissance rapide des capacités et le taux élevé de pilotes partant à la retraite créent un besoin accru pour transformer 180.000 co-pilotes en commandants de bord, bien plus que dans n‘importe quelle décennie précédente”, indique le rapport de la société qui forme des pilotes pour les compagnies aériennes à travers le monde.

“La pénurie de pilotes est un problème aujourd‘hui. La demande est là, alors les gens doivent commencer à bâtir une stratégie avec nous ou d‘autres académies professionnelles pour pouvoir répondre à ce besoin”, a déclaré à la presse Nick Leontidis, président du groupe CAE pour les besoins de formation de l‘aviation civile, à l‘occasion du salon du Bourget, près de Paris.

CAE est en concurrence notamment avec L3 dans la formation des pilotes.

Selon les syndicats de pilotes aux Etats-Unis, les salaires plus faibles qu‘ailleurs et les avantages réduits en début de carrière sont de nature à décourager de potentiels candidats.

Les exigences en matière de formation aux Etats-Unis constituent également un obstacle pour nombre d‘éventuels pilotes.

Les Etats-Unis sont le seul pays à demander aux co-pilotes d‘avoir effectué au moins 1.500 heures de vol, à moins de disposer d‘une expérience de vol dans l‘aviation militaire ou d‘être diplômés dans certains programmes spécialisés.

L‘Organisation de l‘aviation civile internationale (OACI), l‘agence des Nations unies qui définit les normes mondiales généralement adoptées par les organismes de réglementation de ses 191 pays membres, n‘impose qu‘un minimum d‘environ 250 heures de vol pour obtenir une licence de pilote dans l‘aviation commerciale et y travailler comme co-pilote. Pour devenir commandant de bord, un minimum de 1.500 heures sont requises.

L‘Administration fédérale de l‘aviation américaine ne suit plus les règles de l‘OACI depuis l‘accident en 2009 du vol 3407 de Colgan Air, un avion régional, qui avait fait 50 morts.

L‘exigence minimale de 1.500 heures de vol est vue par les syndicats de pilotes comme un moyen d‘améliorer la sécurité aérienne. Cependant, les compagnies aériennes régionales et certains experts de l‘aviation estiment que ce durcissement de la réglementation n‘apporte pas plus de sécurité mais exacerbe seulement la pénurie de pilotes en rendant le procédure de formation plus longue et plus coûteuse. (Avec Alana Wise à New York, Allison Lampert à Montreal et Victoria Bryan à Paris; Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below