18 juin 2017 / 06:32 / il y a 4 mois

Brexit: Les eurosceptiques défieront May si elle tempère sa stratégie

LONDRES, 18 juin (Reuters) - Le leadership exercé par Theresa May sur le Parti conservateur sera immédiatement contesté par les eurosceptiques du parti si elle dévie de la ligne dure qu‘elle s‘est donnée pour le Brexit, rapporte dimanche le Sunday Telegraph citant de hauts responsables conservateurs.

La Première ministre britannique, portée au pouvoir après la victoire des partisans d‘un divorce avec l‘Union européenne au référendum du 23 juin 2016, a fixé à la mi-janvier le cap d‘un “Brexit dur”, le départ de l‘UE s‘accompagnant d‘une sortie du marché commun européen, seul moyen selon elle de permettre au Royaume-Uni de reprendre le contrôle de l‘immigration.

“Pas d‘appartenance partielle à l‘Union européenne, pas de membre associé de l‘UE, rien qui nous laisse à moitié dehors, à moitié dedans. Nous ne cherchons pas à adopter un modèle dont bénéficient déjà d‘autres pays”, avait-elle lancé depuis Lancaster House, là même où Margaret Thatcher avait annoncé en 1988 le soutien britannique au marché unique.

“Aucun accord vaut mieux qu‘un mauvais accord”, ajoutait-elle.

Mais son échec aux législatives anticipées du 8 juin dernier, où elle a perdu sa majorité absolue à la Chambre des communes, l‘a considérablement fragilisée et, quelques jours à peine avant l‘ouverture, ce lundi, des négociations officielles avec les Européens, a rouvert le débat sur la stratégie à mettre en oeuvre en vue du Brexit.

Tirant des enseignements du scrutin, qui a vu les jeunes électeurs pro-Européens se mobiliser largement dans les urnes, plusieurs de ses ministres, dont Philip Hammond, chargé des Finances, l‘ont pressée d‘amender sa stratégie et d‘envisager un maintien dans l‘Union douanière.

David Cameron, son prédécesseur au 10, Downing Street, a jugé pour sa part que la pression en faveur d‘un “Brexit doux” allait s‘accentuer.

“SI ELLE FAIBLIT SUR LE BREXIT...”

Mais l‘aile eurosceptique du Parti conservateur n‘entend pas accepter cette évolution et plusieurs députés anti-UE, écrit le Sunday Telegraph, ont prévenu que toute tentative visant à maintenir le Royaume-Uni au sein de l‘union douanière ou du marché commun ou toute velléité de maintenir la prééminence de la Cour de justice européenne déclencherait illico un putsch interne.

“Si nous avions un signal fort suggérant qu‘elle revenait sur certains points, je pense qu‘elle irait au-devant de difficultés majeures”, affirme un ancien ministre cité par le Sunday Telegraph.

“Le fait est qu‘elle n‘est plus une figure rassembleuse”, ajoute-t-il.

Un autre ex-ministre se fait plus clair: “Si elle faiblit sur le Brexit, le monde s‘écroulera et elle ouvrira la boîte de Pandore.”

Les trois prédécesseurs conservateurs de May - Margaret Thatcher, John Major et David Cameron - ont été renversés ou ont dû quitter le pouvoir du fait des divisions des conservateurs sur le dossier européen.

Kate Holton; Benoît Van Overstraeten et Henri-Pierre André pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below