9 juin 2017 / 16:51 / il y a 5 mois

LEAD 1-L'OMC donne en grande partie raison à Boeing face à Airbus

(Actualisé avec réactions)

GENEVE, 9 juin (Reuters) - Les Etats-Unis ont maintenu des subventions illégales accordées à Boeing mais peu d‘entre elles ont nui aux intérêts commerciaux de l‘Union européenne, dont Airbus, a jugé vendredi l‘Organisation mondiale du Commerce (OMC).

Cet épisode est le dernier en date de la bataille juridique que se livrent depuis 13 ans les deux géants du secteur aéronautique.

L‘Union européenne, défendant les intérêts d‘Airbus, affirmait que Boeing ne respectait pas une décision de 2012 lui reprochant de bénéficier de milliards de dollars de subventions diverses.

Le groupe spécial mis en place par l‘OMC a conclu que l‘avionneur américain ne respectait effectivement pas une partie de ce jugement de 2012, relative à une réduction d‘un taux de taxe dans l‘Etat de Washington, où Boeing assemble l‘essentiel de ses appareils, pour un montant total de 325 millions de dollars (290,2 millions d‘euros) depuis cette date.

L‘impact négatif sur les intérêts européens ne porte toutefois que sur trois ventes de monocouloirs à des clients des Emirats arabes unis, du Canada et d‘Islande, a jugé l‘OMC.

Boeing s‘est réjoui dans un communiqué de “la nouvelle victoire majeure remportée dans le cadre du litige qui oppose de longue date les Etats-Unis et l’Union européenne à propos des aides publiques versées à l’industrie aéronautique”.

“Il est enfin temps que l’UE et Airbus se conforment à leurs obligations sur le plan du commerce international, en retirant et en remboursant les 22 milliards de dollars reçus au titre de l‘aide au lancement et autres subventions illégales qui pénalisent les entreprises aéronautiques américaines et les ouvriers américains”, a déclaré J. Michael Luttig, directeur juridique de Boeing, cité dans ce communiqué.

Les services du représentant américain au Commerce ont en revanche déclaré que les Etats-Unis contestaient verser des subventions illégales à Boeing et prévoyaient de faire appel.

Airbus a pour sa part exprimé le souhait d‘en finir rapidement avec “cette querelle ridicule”. (Tom Miles; Bertrand Boucey pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below