8 juin 2017 / 14:09 / il y a 6 mois

France-Un déficit 2017 à 2,8% probablement "trop optimiste"-Darmanin

PARIS, 8 juin (Reuters) - Le ministre de l‘Action et des comptes publics Gérald Darmanin réaffirme dans un entretien au Monde son intention de respecter les engagements de la France en termes de déficit, même si les prévisions du précédent gouvernement sont probablement “bien trop optimistes”.

Dans le programme de stabilité présenté mi-avril, le précédent gouvernement tablait sur un déficit ramené à 2,8% du produit intérieur brut (PIB) en fin d‘année, ce qui aurait permis à la France de respecter ses engagements européens d‘un déficit public inférieur à 3% du PIB pour la première fois depuis 2007.

“Il est très probable que les 2,8% prévus par le gouvernement précédent soient bien trop optimistes”, même s‘il faut attendre les conclusions de l‘audit de la Cour des comptes sur les finances publiques pour disposer d’“un chiffrage indiscutable”, indique Gérald Darmanin dans Le Monde daté de vendredi.

Pour autant, le nouvel exécutif compte bien “tenir (ses) engagements européens” et ce, “sans collectif budgétaire”, ajoute-t-il.

Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard Philippe ont déjà indiqué à plusieurs reprises ne pas vouloir soumettre de loi de finances rectificative estivale.

Pour tenir le déficit sans recettes fiscales supplémentaires, le gouvernement va donc devoir tailler dans les dépenses.

Les économies “ne seront pas réalisées sur les promesses du président de la République” dans les domaines de l‘éducation ou la sécurité par exemple, souligne Gérald Darmanin.

“Nous trouverons des marges sur les dépenses du précédent gouvernement”, dit-il.

La Cour des comptes doit rendre le 3 juillet les conclusions d‘un audit sur les finances publiques demandé par le Premier ministre Edouard Philippe.

Dans son rapport sur l‘exécution du budget de l‘Etat en 2016 publié la semaine dernière, elle a déjà évoqué un “risque sur l‘exécution 2017” notamment liée aux reports de charges.

Le Haut conseil des finances publiques (HCFP) s‘était quant à lui montré dubitatif sur la cible de déficit public affichée par le précédent gouvernement dès la présentation du programme de stabilité.

Le programme économique mis en avant par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle reposait sur un déficit public à 3% du PIB à fin 2017 - un niveau comparable aux prévisions des grands organismes internationaux - et prévoyait de maintenir le solde public sous ce seuil des 3% (hors mesures exceptionnelles) tout au long du quinquennat. (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below