6 juin 2017 / 13:26 / dans 4 mois

LEAD 3-La France appelle à l'apaisement après la mise au ban du Qatar

* Macron s‘entretient avec des acteurs-clés du Golfe

* Le Drian insiste sur le dialogue

* Les liens controversés de Paris avec Doha

* Bayrou évoque une révision de la convention fiscale (Actualisé avec entretien entre Macron et le prince héritier d‘Abou Dabi)

par Sophie Louet et John Irish

PARIS, 6 juin (Reuters) - La France a appelé mardi au dialogue et à l‘apaisement dans le Golfe après la mise au ban du Qatar par l‘Arabie saoudite et ses alliés, insistant sur l‘impératif de stabilité dans la région et assurant de sa coopération dans la lutte contre le terrorisme.

La crise a été abordée par Emmanuel Macron lors d‘entretiens téléphoniques avec l‘émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, et le président turc, Recep Tayyip Erdogan, allié de Doha, a-t-on appris dans son entourage.

Le chef de l‘Etat a rappelé “son attachement à l’unité et à la solidarité au sein du Conseil de coopération des Etats arabes du Golfe”, insisté sur “l‘importance de préserver la stabilité dans la région” et apporté son “soutien à toutes les initiatives pour favoriser l’apaisement”, a-t-on précisé de même source.

Lors d‘un entretien avec Mohammed Ben Zayed, prince héritier d’Abou Dabi, Emmanuel Macron a en outre promis de se montrer “intraitable dans la lutte contre le terrorisme et le financement du terrorisme”.

Le chef de la diplomatie, Jean-Yves Le Drian, a également enchaîné les entretiens avec les acteurs de la région. Il a rencontré son homologue saoudien, Adel al Djoubeir, et s‘est entretenu au téléphone avec le ministre qatari des Affaires étrangères, Mohammed ben Abdelrahman al Thani.

Une rencontre est également prévue mercredi avec le prince Khaldoun al Moubarak, président de l’autorité exécutive d’Abou Dabi. L‘entretien a été programmé avant la crise diplomatique qui a éclaté lundi.

Il ne s‘agit en aucun cas d‘une amorce de médiation de la part des autorités françaises, a-t-on précisé de source diplomatique française.

“Ce serait aussi incongru que de voir la Russie faire une médiation entre l‘Allemagne et la France”, souligne cette source. “On n‘a pas de rôle. On a un dialogue étroit avec les pays de la zone, chacun est conscient qu‘on parle à l‘autre”.

“TROP C‘EST TROP”

Plus de deux semaines après la visite du président américain Donald Trump en Arabie saoudite, où il avait exhorté le monde musulman à combattre les “terroristes” et à isoler l‘Iran, Ryad, l‘Egypte, les Emirats arabes unis, Bahreïn, le Yémen, le gouvernement libyen exilé dans l‘est du pays et les Maldives ont rompu lundi avec le Qatar, qu‘ils accusent de soutenir le “terrorisme”.

“Trop c‘est trop”, a justifié le ministre saoudien des Affaires étrangères à Paris, appelant une nouvelle fois le Qatar à retirer son soutien au Hamas et aux Frères musulmans. Les autorités qataries doivent faire un choix, a-t-il ajouté.

Dans la matinée, un porte-parole du Quai d‘Orsay avait fait savoir que la France souhaitait “que les tensions actuelles soient résolues par le dialogue”.

“Nous sommes aux côtés des pays de la région dans l’intensification nécessaire de la lutte contre les groupes terroristes, leurs soutiens et leur financement”, a-t-il dit.

Le Qatar, que Ryad et ses alliés accusent de soutenir les Frères musulmans, l‘Etat islamique (EI) et Al Qaïda, entretient des relations controversées depuis une dizaine d‘années avec la France, terre d‘investissements pour le riche émirat gazier.

La proximité de Paris avec Doha mais aussi Ryad, qui démentent financer le fondamentalisme sunnite, est ainsi jugée inconfortable depuis que le pouvoir français a déclaré la “guerre” au djihadisme.

“COMPLAISANCE”

Outre son rachat, en 2011, du club de football du Paris Saint-Germain, le Qatar et plusieurs de ses ressortissants ont massivement investi en France, dans l‘immobilier hôtelier.

Le fonds Qatar Investment Authority est le deuxième actionnaire (10,36%) du groupe AccorHotels. L‘émirat détient aussi des parts minoritaires dans LVMH, Veolia Environnement, Vinci ou Total. Il a acheté en 2015 pour un montant de 6,3 milliards d‘euros 24 chasseurs Rafale dont le premier devrait être livré en 2017.

Emmanuel Macron, alors candidat, avait exprimé le voeu de mettre fin aux accords “favorisant” Doha, estimant que la France avait montré “beaucoup de complaisance” à l‘égard du Qatar et de l‘Arabie saoudite sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy (2007-2012).

Une convention fiscale permettant au Qatar et à ses entités publiques d‘être exonérés d‘impôt sur leurs plus-values immobilières en France a été révisée en ce sens en 2008.

Ce sujet polémique a été évoqué durant la campagne française où Marine Le Pen, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon avaient également plaidé pour une révision des relations entre la France et les monarchies sunnites.

Le ministre français de la Justice, François Bayrou, s‘est prononcé mardi sur BFM TV pour la fin du traitement de faveur fiscal accordé à Doha. (Avec Marine Pennetier, Jean-Baptiste Vey et Jean-Philippe Lefief)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below