31 mai 2017 / 20:19 / il y a 3 mois

POINT MARCHÉS-Wall Street a pâti des financières et du pétrole

(Actualisé avec d'autres actifs financiers)

* Le Dow Jones a cédé 0,1%, le S&P 500 a perdu 0,05% et le Nasdaq a reculé de 0,08%

* Troisième baisse de suite pour le Dow, la deuxième pour le S&P 500 et le Nasdaq mais le mois de mai s'est soldé par une hausse

* L'indice du secteur financier s'est replié de 0,80%

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK, 31 mai (Reuters) - La Bourse de New York a fini en légère baisse mercredi, sous le coup, à la fois, de valeurs financières plombées par les perspectives de résultats moroses livrées par JP Morgan et Bank of America et d'un compartiment énergétique sonné par le plongeon des cours du brut.

L'indice Dow Jones a cédé 0,1%, soit 20,82 points, à 21.008,65. Le S&P-500, plus large, a perdu 1,11 point, soit 0,05%, à 2.411,80. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 4,67 points (-0,08%) à 6.198,52.

Il s'agit de la troisième séance de repli de suite pour le Dow Jones et du deuxième recul consécutif pour le S&P 500 et le Nasdaq Composite. Wall Street était restée fermée lundi pour cause de journée fériée de Memorial Day.

Sur l'ensemble du mois de mai, le Dow Jones a cependant gagné 0,31%, le S&P 500 1,16% et le Nasdaq 2,5%. Pour ce dernier, il s'agit de la septième hausse mensuelle de suite.

La directrice de JP Morgan Marianne Lake a déclaré que le revenu des activités de marchés avait baissé d'environ 15% sur les deux premiers mois du deuxième trimestre par rapport à l'an dernier, un recul qu'elle a mis sur le compte de la volatilité.

De son côté, le P-DG de Bank of America Brian Moynihan a dit que les revenus du trading étaient en passe de reculer de 10% à 12% par rapport au deuxième trimestre 2016, qui avait été particulièrement bon.

Le titre JP Morgan Chase a terminé sur un repli de 2,09% à 82,15 dollars, deuxième plus forte baisse du Dow Jones derrière l'action Goldman Sachs (-3,28% à 211,26 dollars). Bank of America a de son côté perdu 1,86% à 22,41 dollars.

L'indice S&P 500 des valeurs financières a de ce fait subi la plus forte baisse sectorielle du jour, avec un repli de 0,80%.

Porté par les promesses de dérégulation et de stimulation budgétaires de Donald Trump, le compartiment financier a bondi de plus de 20% dans la foulée de la victoire de l'homme d'affaires à l'élection présidentielle du 8 novembre.

Mais cet élan semble à bout de souffle puisqu'il accuse un repli de 0,5% depuis le début - après +20,1% en 2016 - contre un gain de 7,7% du S&P 500 sur la période.

"La confiance des investisseurs dans le programme de Donald Trump s'emousse", a déclaré Lindsey Bell, chargée de la stratégie investissement chez CFRA Research.

PAS D'EFFET DU LIVRE BEIGE DE LA FED

La publication, deux heures avant la clôture d'un "Livre Beige" de la Réserve fédérale n'a guère influencé les investisseurs. Il est vrai que le document était, à de nombreux points de vue, identique à son édition précédente : croissance modeste à modérée dans tout le pays, hausse modeste des salaires malgré un taux de chômage au plus bas depuis 10 ans et faibles pressions inflationnistes.

Derrière le secteur financier, un autre poids lourd de la cote a tiré Wall Street vers le bas : celui de l'énergie , qui a perdu 0,40% dans le sillage de la chute de 3% des cours du pétrole.

Ces derniers ont pâti de l'annonce d'une hausse de la production en Libye après la résolution d'un problème technique sur un champ pétrolier, un signe suggérant, aux yeux de nombreux investisseurs, que l'accord mondial de réduction de la production, tout juste prolongé, aura du mal à avoir l'effet voulu sur les stocks et sur les prix.

L'or noir a reculé malgré le repli du dollar, qui a perdu 0,3% face à un panier de devises internationales, notamment sous le coup de données montrant un nouveau recul des promesses de ventes en avril..

L'indice du dollar enchaîne un troisième mois consécutif de repli, cédant plus de 4% sur la période. Les actifs jugés sûrs ont progressé, tels les emprunts du Trésor à 10 ans (+0,08%) et l'or (+0,43%).

Autre preuve d'une certaine prudence des investisseurs, les deux secteurs considérés comme étant les plus "défensifs", les "utilities" et les télécoms ont affiché les deux meilleures performances du jour, avec des gains de respectivement 0,46% et 0,35%.

Le titre Perrigo a inscrit la progression la plus marquée du S&P 500, avec un gain de 7,26% à 72,85 dollars après que le groupe pharmaceutique, qui est dans le viseur du fonds alternatif activiste Starboard Value, a fait état de résultats trimestriels meilleurs que prévu.

A l'autre bouts du spectre, l'action Michael Kors s'est effondré de 8,52% à 33,18 dollars après que le fabricant de sacs à main et autres accessoires a annoncé la fermeture de plus d'une centaine de magasins dans les deux prochaines années, une perte au quatrième trimestre et des prévisions moroses pour l'ensemble de l'année.

Quelque 7,85 milliards d'actions ont été échangées, contre une moyenne quotidienne des 20 dernières séances de 6,72 milliards. (Benoit Van Overstraeten pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below