27 mai 2017 / 12:44 / il y a 5 mois

LEAD 2-Le G7 s'accorde sur le commerce et le terrorisme, pas sur le climat

(Actualisé avec communiqué sur le climat §5-7)

par Giselda Vagnoni et Steve Scherer

TAORMINE, Italie, 27 mai (Reuters) - Les chefs d‘Etat du G7 se sont engagés samedi à lutter contre le protectionnisme, surmontant les résistances de Donald Trump qui continue à développer sa position de “l‘Amérique d‘abord”, thème sur lequel il a été élu, mais ne sont pas parvenus à s‘accorder sur la question de la lutte contre le réchauffement climatique.

Si les Etats-Unis ont paru faire quelques concessions sur la question des relations commerciales, ils restent isolés sur celle du climat, exigeant de leurs partenaires plus de temps pour décider s‘ils vont honorer les engagements pris lors de la COP21 en 2015 à Paris.

“Je rendrai ma décision finale sur l‘Accord de Paris la semaine prochaine”, a annoncé sur son compte Twitter le président américain alors qu‘Angela Merkel a évoqué des échanges “très difficiles” et “très décevants” sur cette question.

Selon elle, “rien n‘indique que les Etats-Unis accepteront de rester dans le cadre de cet accord” dont elle a rappelé l‘importance majeure et sur lequel, a-t-elle dit, on ne peut pas faire de compromis.

Le communiqué final mentionne clairement cette divergence de vue entre Washington et ses partenaires du G7.

“Les Etats-Unis d‘Amérique sont engagés dans un processus d‘examen de leur politique sur le changement climatique et sur l‘Accord de Paris et ne sont pas en mesure de participer au consensus sur ces sujets”, indique le communiqué.

“Comprenant ce processus, les dirigeants des gouvernements du Canada, de la France, de l‘Allemagne, de l‘Italie, du Japon et de la Grande-Bretagne, et les présidents du Conseil de l‘Europe et de la Commission européenne réaffirment leur engagement ferme à rapidement mettre en oeuvre l‘Accord de Paris”, poursuit le texte.

En revanche, et malgré d‘âpres négociations, un consensus raisonnable a été trouvé sur le système d‘échanges commerciaux internationaux et sur la lutte contre le terrorisme

Les diplomates ont travaillé toute la nuit de vendredi à samedi pour rapprocher les positions américaines de celles des six autres pays membres.

Les sujets de contentieux étaient multiples et concernaient outre les questions des relations commerciales et de l‘environnement celle des relations avec la Russie.

“Au final, nous sommes parvenus à les convaincre d‘inclure dans le communiqué final la lutte contre le protectionnisme et cela constitue une avancée”, a commenté un diplomate européen s‘exprimant sous couvert d‘anonymat.

Sur le sujet du climat, les choses n‘ont guère progressé mais les Américains continuent d‘accepter le dialogue. “Bien sûr, nous aurions aimé un engagement américain mais il faut être réaliste. Trump participe au dialogue, pose des questions, reçoit des réponses et reste dans la partie”, a expliqué un diplomate français.

Les dirigeants du G7 ont, en outre, accueilli des dirigeants africains samedi au dernier jour de ce sommet marqué, malgré tout, par l‘unanimité en matière de lutte contre le terrorisme.

L‘Italie espérait placer l‘immigration et le développement de l‘Afrique au coeur du sommet organisé en Sicile, une île qui a vu débarquer des centaines de milliers de migrants au cours des quatre dernières années, en grande partie originaires de pays d‘Afrique sub-saharienne souffrant de la guerre et de la pauvreté.

L‘Italie espérait à l‘origine l‘adoption d‘un texte saluant les aspects positifs des migrations et appelant les pays industrialisés à renforcer les canaux d‘immigration légale pour éviter aux réfugiés de risquer leur vie en tentant la traversée de la mer Méditerranée sur des bateaux de fortune.

L‘idée a été enterrée avant même le début du sommet.

Les questions de sécurité ont de fait dominé la première journée de discussions qui s‘est achevée par la publication d‘un communiqué appelant les fournisseurs d‘accès à internet et les réseaux sociaux à se montrer plus actifs pour supprimer les contenus extrémistes sur la toile.

L‘Afrique s‘est néanmoins réinvitée à la table des discussions samedi grâce à la présence des dirigeants d‘Ethiopie, du Kenya, du Niger, du Nigeria et de Tunisie, ainsi que des chefs de l‘Union africaine, des Nations unies, du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale.

“Peut-être que le choix de Taormine et de la Sicile en dit long sur l‘importance de nos relations avec l‘Afrique”, a dit le Premier ministre italien, Paolo Gentiloni, dans ses propos liminaires.

“Aujourd‘hui, notre discussion sur l‘Afrique se concentrera sur le besoin de partenariat dans tous les secteurs, avec pour objectif principal l‘innovation et le développement”, a-t-il poursuivi en italien.

Signe ostensible de son peu d‘intérêt pour la question, Donald Trump, qui était assis entre les présidents tunisien et nigérien, n‘a même pas mis ses écouteurs pour entendre la traduction simultanée des propos du chef du gouvernement italien.

Des responsables américains ont néanmoins assuré que Donald Trump avait apprécié les échanges “vigoureux” avec ses homologues et indiqué qu‘il avait appris beaucoup de choses sur le changement climatique, qu‘il qualifiait encore l‘an dernier d‘invention.

Avec Steve Holland, Giselda Vagnoni, John Irish et Andrea Rinke; Tangi Salaün pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below