24 mai 2017 / 10:39 / il y a 6 mois

Crédit agricole sera "extraordinairement prudent" promet Brassac

PARIS, 24 mai (Reuters) - Le Crédit agricole sera “extraordinairement prudent” face aux incertitudes politiques, économiques et financières, a promis mercredi le directeur général de la banque mutualiste, se démarquant du sentiment d‘optimisme ambiant sur l‘orientation de l‘économie européenne et mondiale.

Se défendant d‘apparaître “anxiogène” face à ses actionnaires, Philippe Brassac a notamment évoqué les risques potentiels de politiques protectionnistes et d‘un possible retour de la crise de la dette souveraine qui a ébranlé l‘Europe en 2011.

“Cette crise de la dette souveraine de la zone euro a simplement été mise en sursis lorsque la Banque centrale européenne est intervenue massivement avec des dispositifs non pérennes pour assurer aux Etats directement ou indirectement un ‘funding’ illimité et des taux très bas”, a estimé le banquier lors de l‘assemblée générale de Crédit agricole S.A., l‘entité cotée de la banque verte.

“La conclusion de tout ceci est qu‘il nous faut rester extraordinairement prudents dans la conduite du groupe sur les prochaines années”, a estimé Philippe Brassac, disant assumer pleinement face aux analystes financiers et aux investisseurs une politique “plutôt conservatrice”.

Le Crédit agricole poursuivra sa stratégie de banque universelle de proximité, a-t-il également promis, alors que la banque de détail en France est confrontée à l‘irruption d‘une foule de nouveaux entrants qui proposent souvent gratuitement des cartes de paiement attachées à des comptes courant.

Face à ces “coups de butoirs terribles”, Philippe Brassac a assuré que le Crédit agricole continuerait à développer et améliorer son modèle “relationnel” avec ses clients pour contrer la concurrence des banques digitales dépourvues d‘agences.

Actuellement président de la Fédération bancaire française, Philippe Brassac a appelé au début du mois les autorités à intervenir afin de faire partager aux banques “low cost” les coûts des infrastructures de paiement.

Voir:

* Crédit agricole en appelle à l‘Etat contre les banques low cost

Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below